Mrs Duberess Mocassins pour Femme 4vUXZiY8I

SKU-161986-eya789
Mrs Duberess Mocassins pour Femme 4vUXZiY8I
Mrs Duberess Mocassins pour Femme 4vUXZiY8I

Eclairage

Espagne , Europe

Par Pierre Magnan @GeopolisAfrique | Publié le 26/09/2015 à 10H10, mis à jour le 26/09/2015 à 10H10

Forêt de drapeaux indépendantistes catalans le 11 septembre 2015, jour de la fête «nationale» en Catalogne. © JORDI BOIXAREU / NURPHOTO

En novembre 2014, 2,5 millions de Catalans avaient voté oui à 80% à l’indépendance de la Catalogne. Dimanche 27 septembre les élections régionales pourraient amener une majorité indépendantiste au pouvoir, début d’une éventuelle scission d’avec le reste de l’Espagne. Un processus aux racines très anciennes. En six points, les fondements de la revendication catalane.

Un territoire, une population La Catalogne dispose déjà d'un territoire : 37.107 km² (une superficie qui place la région entre la Belgique et les Pays Bas). Avec 7,4 millions d’habitants, une future Catalogne indépendante se situerait en Europe entre le Danemark et l'Autriche. Mais cette population n’est pas homogène. Comme toute région riche, la Catalogne a longtemps attiré les pauvres des régions moins dotées d’Espagne. Des milliers de personnes venant de ces régions ont peuplé les banlieues ouvrières de Barcelone ou des villes industrielles de la région. Si le sentiment d’appartenance à la Catalogne peut exister, il n’exclut pas l’attachement aux régions d’origine, voire aux liens familiaux. La région a aussi attiré de nombreux immigrés du monde entier. Un drapeau Le drapeaucatalan s'affiche partout. C'est au XXe siècle qu'est apparul'Estelada (littéralement, «l'étoilée»), le drapeau symbolisant l'aspiration à l'indépendance. C'est un drapeau ancien (bandes or et rouges) auquel a été rajoutée une étoile dans un triangle.

Un territoire, une population Un drapeau
Une langue Une histoire

La Catalogne ne veut plus payer pour le reste de l'

Une économie

'The Wall Street Journal': "La independència és un bon negoci per als emprenedors de "

Un club de foot

2013 : drapeau indépendantiste catalan lors du clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid, auCamp Nou de Barcelone. © LLUIS GENE / AFP

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Partager sur Tumblr Partager par e-mail TUK AV8980 TUK Chaussures Femme Gris écaille de Dragon Chaussures de Ville à Lacets Derby Creepers JLjEzYXm7
Espagne , Europe

Sur le même continent

L'actualité en 5 liens

Tous les liens

A la une

Terrain ancien et privilégié de la réflexion et de l'application stratégique.

La stratégie militaire est dans une acception restrictive la —continuation de la politique extérieure d'un état par un autre moyen que le diplomatie YUCH Chaussures Femme Simple Pointe Fine Bouche Peu Profonde Talons Hauts Chaussures de Travail BIvp3mIjwy
—. Il est dans une perception moins dévoyée, la combinaison planifiée et anticipée de forces militaires qu'elles soient terrestres, navales et aériennes, de renseignement ou de maîtrise des espaces stratosphériques ou cybernétiques en vue de l'obtention d'un effet tactique propre à soumettre l'adversaire à une paix forcée. Elle pense donc l'usage de la force militaire.

Article détaillé: Stratégie militaire .
Article détaillé: FJYamp;WX Femme Latines Soie Sandale Utilisation Boucle Talon Cubain Noir Violet Marron Noir/Rouge 2 2 3/4 Personnalisables us105… R0aKR57
.

La stratégie est généralement appréhendée comme la manière dont l’organisation investit des ressources au mieux de ses avantages compétitifs et de la finalité qu’elle poursuit compte tenu des changements attendus dans son environnement. En tant qu'approche globale, cette responsabilité et cette tâche sont attribuées à la direction générale .

Chaque auteur présente sa définition de la stratégie d'entreprise. Par exemple:

Article détaillé: Niveaux de la stratégie .

Selon Gerry Johnson et Kevin Scholes [ 15 ] trois niveaux méritent d'être distingués:

Article détaillé: Stratégie d'entreprise .

La stratégie d'entreprise est le processus, la démarche ou l'ensemble des méthodologies (matrice d'analyse stratégique, etc.) qui permet d'élaborer un portefeuille d'activité et d'allouer à long terme des ressources à des secteurs d'activité géostratégiques assurant la pérennité de l'entreprise et la rémunération des actionnaires avec le maximum de chances de succès.

Elle concerne «l'entreprise dans sa globalité. Elle a pour but de répondre aux attentes des actionnaires, et des autres parties prenantes en augmentant la valeur des différentes composantes de l'entreprise».

Article détaillé: .

Elles déterminent «comment les différentes composantes de l'organisation ( ressources, procédés, savoir-faire des individus...) répondent effectivement aux orientations stratégiques définies au niveau global et au niveau de chacun des domaines d'activité» QIYUNZ Mode Feminine Ceinture Noire Bout Pointu Vachette Boucle Talon Plat Chaussures Cheville lzeYLWOdL
.

Article détaillé: Stratégie marketing .
Article détaillé: Helle Comfort Womens Dahiba Leather Shoes PbCXua
.
Article détaillé:: Calaier Femme Camoney 15CM Aiguille Boucle Sandales Chaussures HuOMhv
.

En écologie, une stratégie est l'ensemble des mécanismes utilisés par des organismes pour croitre, survivre, se reproduire et coloniser l'espace.

Bénin : Match de gala de l'indépendance (Autorités Vs Acteurs culturels)

01 aou 16 h 00 min 18 h 00 min Bénin : Match de gala de l'indépendance (Autorités Vs Acteurs culturels)

Bénin : Ablodé Gbadja avec code bar

31 jui (jui 31) 23 h 00 min 01 aou (aou 1) 5 h 00 min Bénin : Ablodé Gbadja avec code bar

Bénin : la nuit de la mode, 1ère édition-2018

31 jui 20 h 00 min 23 h 59 min Bénin : la nuit de la mode, 1ère édition-2018

Bénin : Cotonou barbecue, incroyable anniversaire

27 jui (jui 27) 0 h 00 min 05 aou (aou 5) 23 h 59 min Bénin : Cotonou barbecue, incroyable anniversaire

Bénin : grande campagne d"évangélisation sur la paroisse Sainte Rita à Cotonou

26 jui (jui 26) 18 h 00 min 30 22 h 00 min Bénin : grande campagne d"évangélisation sur la paroisse Sainte Rita à Cotonou

Bénin : Semaine de la femme africaine

26 jui (jui 26) 8 h 00 min 31 (jui 31) 17 h 00 min Bénin : Semaine de la femme africaine

Bénin : Lancez votre carrière dans les aéroports en devenant agent de voyage

14 jui (jui 14) 9 h 00 min 22 sep (sep 22) 16 h 00 min Bénin : Lancez votre carrière dans les aéroports en devenant agent de voyage

Bénin : Atelier spécial pour éveiller l’intelligence de nos enfants

09 jui (jui 9) 9 h 00 min 04 aou (aou 4) 12 h 00 min Bénin : Atelier spécial pour éveiller l’intelligence de nos enfants

Bénin : Devenez Couturier, Styliste, Modéliste.

01 jui (jui 1) 9 h 00 min 13 aou (aou 13) 20 h 00 min Bénin : Devenez Couturier, Styliste, Modéliste.

Bénin : Participez au concours "La palme des médias"

01 jui (jui 1) 8 h 00 min 17 aou (aou 17) 18 h 00 min Bénin : Participez au concours "La palme des médias"

Recherche
Le direct
Se connecter Mot de passe oublié Pas encore de compte ? Inscrivez-vous !
Économie
Newsletters Économie Inscrivez-vous gratuitement !
Suivez-nous sur

La France quitte officiellement la procédure pour déficit excessif

Standard Poor's relève la note de la Grèce

Commenter
0
Partager
37
Tweeter
0
Partager

NewsletterBFM Business

Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter BFM Business

Video Player is loading.
0:00
0:00
Loaded : 0%
Progress : 0%
Stream Type LIVE
0:00
1x

This is a modal window.

Beginning of dialog window. Escape will cancel and close the window.

End of dialog window.

Skip ad

Alors que le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne ne sera effectif que dans neuf mois, l'économie britannique a déjà senti les premières secousses du Brexit ces deux dernières années.

Deux ans jour pour jour après le référendum, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Londres pour réclamer un vote sur les conditions finales du divorce entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne , actuellement négociées à Bruxelles. Au total, 48% des Britanniques seraient favorables à ce nouveau référendum, selon un sondage Survation.

Cette manifestation témoigne du sentiment d’inquiétude qui règne outre-Manche compte tenu du climat d’incertitude qui entoure les discussions à Bruxelles et des récentes observations sur la santé de l’économie britannique. Il faut dire que le vote du 23 juin 2016 a jeté un sérieux coup de froid sur le royaume qui pâtit des premiers effets du Brexit, et ce avant même sa sortie effective de l’UE fixée au 29 mars 2019.

L’impact du référendum n’a toutefois pas été aussi brutal que ce que prédisaient certains observateurs au lendemain des résultats: "On s’est trompé de diagnostic. Le Brexit, ce n’est pas un infarctus ou un AVC, c’est un cancer", observe Emmanuel Lechypre, éditorialiste sur BFM Business.

Chute de la livre sterling et poussée inflationniste

Loin de s’être effondrée subitement, l’économie britannique semble donc davantage glisser lentement vers le déclin. Les signaux sont passés peu à peu du vert à l’orange, voire au rouge. À commencer par le niveau de la livre sterling qui a chuté, pénalisé ces deux dernières années par les tensions politiques autour du Brexit. Résultat, l’immigration est en baisse (la valeur de la rémunération des immigrés ayant diminué) et le pays fait face à une pénurie de main d’œuvre qui impacte notamment les secteurs de la restauration, de l’agriculture et les hôpitaux.

Compteur d'affichages des articles
109371

Nous avons 10invités et aucun membre en ligne

Proposer une contribution

Pour proposer une contribution il faut être membre

DEVENEZ MEMBRE

DOCUMENT EXPLOSIF DE L’EXCLUSION DES NOIRS EN MAURITANIE : CAS DES HARATINES

Dans le but de mettre au nu la politique de ségrégation et d’exclusion envers les noirs, initiée par le gouvernement Mauritanien depuis son indépendance, un groupe de jeunes cadres haratine se sont donné la tâche de faire la lumière sur la SNIM, qui représente le plus grand employeur étatique dans le pays. L’équipe a fait plusieurs mois dans la collecte et la vérification des données (nom, fonction, département, lieu, … ect).

Le résultat est choquant, surprenant et confirme d’autres recherches faites dans le passé dont les détails ont été rapporté 2015/2016 dans des documents publiés á l’étranger par certains activistes mauritaniens. Avant de passer aux résultats de la recherche sur la SNIM il est permis de rappeler les données mentionnées dans ce rapport de 2015/2016 que nous donnons ici en forme de tableaux récapitulatifs:

Exclusion totale des cadres harratines dans la SNIM

Lire la suite...

PRÉSIDENT MACKY SALL, FAITES ATTENTION, ON NE PIÉTINE PAS LA DÉMOCRATIE SÉNÉGALAISE RIEN QUE POUR FAIRE PLAISIR À UN PARRAIN DES TERRORISTES....

Président Macky Sall, faites attention, on ne piétine pas la démocratie Sénégalaise rien que pour faire plaisir à un parrain des terroristes dans le Nord-du-Mali. Un coup de fil d’un dictateur maure et le sommet de l’état Sénégalais se met à trembler.

Je n’y crois pas, je suis sous le choque, le président Macky Sall va-t-il fouler au sol la liberté d’expression, la démocratie sénégalaise en clouant le bec aux journalistes pour faire plaisir à un faux général mauritanien, le putschiste qui a signé des accords à Dakar avec son opposition qu’il n’a jamais respecté et qui soutient les terroristes qui éventrent notre voisin commun la république du Mali? Pire, qui ne sait pas la rébellion Casamançaise en Gambie était financée par la Mauritanie avec l’appui de Yaya Jemmah ?

Président Macky Sall, vous saviez très bien que la vie d’une poule est plus cotée que celle d’un Sénégalais vivant sur le sol Mauritanien. Les assassinats de sénégalais par les gardes cotes Mauritaniens sont fréquents,

Lire la suite...

LE RAÏS OULD ABDOUL AZIZ SOUCIEUX DES AUTRES PAYS MAIS NÉGLIGEANT SES PROBLÈMES INTERNES.

L'homme de Nouakchott est connu un dur contre les défenseurs des droits humains et aussi un protecteur d'un ordre esclavagiste et féodal, s'active pour la paix en Gambie.

Abdoul Aziz s'est montré très intéressé contre l’intervention militaire de la CEDEAO en Gambie ces dernières semaines. Alors derrière cette posture de colombe, d'aucuns voient une mission commando pour sauver son homologue ex-dictateur Yahya Jammeh au pouvoir depuis 1994.

Lire la suite...

FRANCE : «L’AFFAIRE FILLON» OU LA DEMOCRATIE EN PERIL ?

La France du XXIème siècle serait-elle en peine de se départir de ses «vieux démons» que sont l’inquisition et «le syndrome régicide»?

La question mérite d’être posée, à l’heure où, bridées voire embastillées par le système financier, bouleversées par la montée des replis souverainistes et identitaires, ébranlées dans leurs fondements par la résurgence du «national-socialisme» , les démocraties occidentales sombrent dans la perte des repères.

«L’Affaire Pénélope Fillon» , montée en épingle par le Canard enchaîné , participe de ces hérésies qui rythment, fondent et structurent la vie des démocraties européennes.

Voulue au départ pharamineuse puis illicite, la rémunération par François Fillon de son épouse Pénélope Fillon, à hauteur de 639000 euros puis 830000 euros bruts, a été exposée de la manière la plus habile pour susciter chez les français, l’ire, la furie, le déchaînement des passions.

Lire la suite...

VOUS DITES : « UNE OPPOSITION MAURITANIENNE » ?

J'ai du mal à comprendre les propos de M. El Hacen Ould Mohamed membres du Conseil de supervision de l'institution de l'opposition démocratique envers le mouvement IRA. N'a t-il pas demandé purement et simplement la dissolution de IRA à Biram Dah Abeid en personne ?

L'homme de Nouakchott est connu un dur contre les défenseurs des droits humains et aussi un protecteur d'un ordre esclavagiste et féodal, s'active pour la paix en Gambie.

Abdoul Aziz s'est montré très intéressé contre l’intervention militaire de la CEDEAO en Gambie ces dernières semaines. Alors derrière cette posture de colombe, d'aucuns voient une mission commando pour sauver son homologue ex-dictateur Yahya Jammeh au pouvoir depuis 1994.

Lire la suite...

TERRIFIANT, IL Y'A DES MAURITANIENS QUI CROIENT QU'EN 2017, LUTTER CONTRE L’ESCLAVAGE

Terrifiant, il y'a des mauritaniens qui croient qu'en 2017, lutter contre l’esclavage, le racisme, les inégalités, la féodalité etc.... peut conduire vers le désastre, voire la dislocation de la Mauritanie en tant qu'État nation. Ces propos viennent souvent de mauritaniens particulièrement, les soi disant intellectuels qui prennent tout leur temps à griffonner des âneries en toute fierté sur la toile et dans la presse sans honte ni gêne.

On n'a pas besoin de visiter le pays pour comprendre que nous sommes à des milliers d'années de la lumière vraie. Il suffit de lire la presse mauritanienne, les forums mauritaniens et réseaux sociaux.

Le problème de la Mauritanie d'aujourd'hui, ce n'est certainement pas l'ignorance mais la mauvaise foi qui est adoubée par la récompense du plus grand tricheur à chaque fois, de nos rois dieux vivants militaires depuis en 1978. Nous avons des instruments instruits humains non des intellectuels. Franchement notre retard par rapport au reste du monde vient de là et osons le dire sans complexe ni rancune en l'affrontant.

Diko Hanoune via facebook

INTERVIEW DE HENOUNE OULD OUMAR OULD MBARECK ( DIT DIKO ) AU SITE HARATINE.COM

1 ) A.H.M.E : Bonjour Henoune Ould Oumar Ould M’Bareck Dicko, présentez-vous à nos lecteurs?

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer librement dans le site Cafè Noir LDE928228380 228 BLU 41 Slipon Velours Elastique twxT7
. Je m’appelle Henoune Ould Oumar Ould M’Bareck , plus connu sous le nom Diko hanoune , je suis né dans le Guidumakha , la 10ème région de la république islamique de Mauritanie, département Ould-Yengé .

Je suis issu d’une famille très modeste, je fais mes études primaires à l’école deM’Beidiya Sakha (Gorilakhé), une école construite par la force des biceps d’immigrés Soninké en France, puis j’ai continué mes études au Lycée national deSelibaby,capitale régionale du Guidumakha1987-19889 avant de demander le transfert vers Nouakchott.

Le pouvoir du colonel Maaouiya Ould Sid’Ahmed qui avait entamé la phase de dénégrification du pays, me refusa le transfert vers la capitale. Finalement, avec insistance, j’intègre le collège d’Elimina avant d’être admis au Lycée arabe de Nouakchott en 1991. Malheureusement, je n’ai pu continuer mes études faute de moyens, le régime du colonel Ould Taya me coupe l’insignifiante bourse qui a basculée ma vie, il sagit d’une petite bourse de 3330 Ouguiyas soit moins de 10 euros tous les trois mois qui me permettait d’acheter des cahiers, stylos, livres etquelques habits. Je n’ai jamais autant baissé les bras, j’ai multiplié les démarches à la recherche d’un emploi, j'atterris au ministère des affaires étrangères, je suis devenu très rapidement l’homme à tout faire pour le secrétaire général du ministère Mr KHATTRI OULD JIDDOU qui me traitait comme son esclave.

Lire la suite...

MAURITANIE : ON GLANE LA DÉMOCRATIE SANS CONVICTION !

L'image symbolisant l'échec total du régime de Mohamed Ould Abdel Aziz, un dictateur à genoux excité. Au lieu d'offrir la paix sociale, l'espoir en démocratie, le développement, la lutte contre les discriminations, les inégalités etc.... En ce début de l'an 2017 ; il offrira comme cadeau début de l'année au peuple mauritanien face au monde entier des images de femmes et enfants martyrisés, battus sous une pluie de bombes du gaz lacrymogène, des répressions sanguinaires pour museler les citoyens. Un spectacle de désolation !

Mohamed Ould Abdel Aziz a échoué sur tous les plans, cet homme manque cruellement de culture générale, il est bloqué ou figé dans l'ere du moyen âge à jamais. Monsieur est irrécupérable.

D'un côté, il organise des manifestations très cadrées des obscurantistes faux religieux qui réclament l'exécution d'un jeune issu d'une frange défavorisée de la population Mauritanienne dans le but de berner la communauté internationale. Le cancre pense que ça marche où ça va marcher; il y croit le pauvre.

GRACE SHOES 1311 Richelieus Femmes dHZyq

Mauritanie : Solidarité avec Human Rights Watch

J'ai vu les terribles troublantes images de ce qui s'est passé pour votre équipe lors de la présentation de votre rapport aux médias et au public Mauritanien. En plus, les autorités ont interdit cette conférence soit tenue dans un hôtel que vous avez loué, vraiment, c’est le summum de l'ignorance des lois et leur violation flagrante par nos dirigeants.Ceuxqui commandent les institutions de l'état Mauritanien sont issus de la classe des extrémistes extrêmement dangereux.

Ils sont violents, agressifs, pervers et sèment la terreur depuis plusieurs années. Les militants abolitionnistes sont persécutés en permanence, emprisonnés sur des accusations mensongères, des rapporteurs des nations unies sont pourchassés jusqu'à dans les locaux du palais des nations à Genève. L'état finance des ONG fantômes qu'on nous présente comme la 《société civile》alors qu'elles sont au service des renseignements généraux de l'état qui piègent tout le monde, les citoyens comme des étrangers qui visitent le pays.

Lire la suite...

Mauritanie : Halte à cette propagande mensongère de l’avocat Jemal Mohamed Taleb.

Depuis un certain temps, l’avocat franco-mauritanien, Jemal Mohamed Taleb déverse toute sorte de grossièreté, d’insanité sur les ONG internationales, les ONG mauritaniennes et les militants abolitionnistes dans son l’élan de couvrir coûte qu’au coûte les graves violations des droits humains du régime de Mohamed Ould Abdel Aziz. Il a pris l’assaut de cette chaine Africa24 qu’il il manipule et véhicule des fausses informations à sa guise, induisant en erreur des journalistes et animateurs TV, qui nous refusent le droit de riposte à ces accusations sans fondement sur leur écran TV. Il est vrai, nous n’avons pas d’argent à distribuer ni de billets d’avion à fortiori des comptes bancaires bien garnis. M. Jemal est souvent le seul invité qui donne sa version, sa vision, c'est-à-dire, il est juge et parti pris dans tout ce qui concerne la Mauritanie au niveau de cette chaine TV. Un signe d’une forme de dictature médiatique n’est ce pas? Comment peut-on faire une émission spéciale sur l’ONG Sherpa sans avoir avisé ni invité la direction de cette organisation pour se justifier? Peut-on parler du sérieux ou l’impartialité de cette chaine?

Lire la suite...

Les mentalités féodaloesclavagistes de plus en plus agressives dans les villages soninkés : le cas de monsieur Simbara BA ostracisé à Nahali au Mali.

Encore pour une énième fois, les soubresauts du régime féodal et rétrograde font l’actualité dans une localité rurale en « pays soninké ». Depuis le 3 février dernier à Nahali , monsieur Simbara BA vit un embargo sociétal imposé par la féodalité locale. Travailleur en France, il est actuellement en vacances auprès de sa famille dans ce village malien faisant partie de la commune de Djélébou (Aourou à 25 kms) dans le cercle administratif de Kayes , monsieur BA s’est décidé récemment d’annoncer la rupture du lien féodal et coutumier avec une famille du village .

Ainsi une fois, cette décision d’éveil et de conscientisation connue, les milieux féodaux (la caste nobiliaire et la caste maraboutique) et leurs obligés courtisans, se sont consultés en urgence chez leur chef coutumier. Selon les informations recueillies de monsieur Simbara BA, membre du mouvement GANBANAAXU*, des mesures restrictives ont été décidées à son encontre. Par exemple, dans le village il est interdit aux bouchers de lui vendre de la viande et ainsi qu’aux personnes en service de change de lui rendre ses mandats de devise. Il dit qu’un membre de la caste maraboutique l’a convoqué chez lui en l’invitant de reprendre les liens sociaux (lada) avec la famille féodale. Convaincu du caractère perverti de ces liens sociaux qui perpétuent le cordon des séquelles esclavagistes dans le Vivre soninké, monsieur BA est resté catégorique en gardant sa position intacte. Encore comme dans plusieurs cas, l’ordre féodal soninké sévit d’une manière abjecte dans les localités rurales en milieux soninkés. Rien ne justifie cette mise en quarantaine sociale de ce monsieur qui n’a enfreint aucune loi malienne.

Lire la suite...

Grand froid à notre ambassade à Paris !

Grand froid à notre ambassade à Paris ! On se gèle bon sang , Mme Aichetou mint M’Heiham
Rien ne va plus à notre ambassade à Paris depuis un certain temps ! Depuis plus de 15 jours, l'atmosphère est même glaciale, en effet, les locaux ne sont plus chauffés alors que la France entière grelotte et qu'il a même neigé ! Le chauffage central est en panne et la réparation tarde ...
Le personnel et les usagers tremblent de froid, un blizzard accueille dès l'entrée les arrivants et le ressenti est tel qu'il semble faire encore plus froid à l'intérieur que dehors. Cette situation intenable désorganise totalement les services de l'ambassade mais cela ne semble pas préoccuper les responsables ! ! !
Monsieur le général 《anti-gabegiste》, notre ambassade devient un lieu inhospitalier et perd sa fonction première ce qui est une atteinte à l'honneur et à la dignité de notre pays. Notre ambassade ressemble de plus en plus à un foyer d'immigrés laissé à l'abandon…

Mali : il se passe des choses horribles dans la région de Kayes, au village Maraka de Diadioumé.

Nos amis et frères maliens nous ont alertés sur cette terrifiante nouvelle,l’agression gratuite de Mountakha Diarry Sow, représentant Ganbanaaxun Fedde Mali à Diadioumé, par des sanguinaires fauves féodaux Soninké. Un village est très reculé, Nioro Sahel malien, région de Kayes, nous demandons aux victimes de privilégier l'application stricte des lois qui régissent dans leur pays sur leurs agresseurs. Qu’ils ne cèdent jamais sur des marchandages sentimentaux adoubés des larmes crocodile qui les rendent plus vulnérables que jamais au regard de leurs bourreaux encore à l’état Sauvage.

La victime a été convoquée à une réunion de la chefferie traditionnelle villageoise soi-disant, alors que c'était un piège. Elle est tombée dans leur guet-apens, les féodaux se sont mis à le frapper, lyncher en groupe jusqu'à, qu’elle a perdu connaissance. Des coups et blessures volontaires en bande organisée avec préméditation, certainement, dans l’intention de donner la mort.

Qu’a-t-il fait pour mériter un tel déferlement de violence gratuite? On lui reproche d'avoir conscientisé les villageois à rejeter leurs coutumes ancestrales esclavagistes ( Laada Lemaxu ou EL-ADA en arabe ) dans le milieu Soninkara.

Chaussures à Talon Moyen Sandales Rugueuses Sandales Talons Hauts et Marée Féminine Baotou Nude Sandales Rugueuses Chaussures à Talon Moyen FVPGnCcO1y

Emmanuel Macron doit se rendre fin juin 2018 en visite officielle en Mauritanie.

Emmanuel Macron doit se rendre fin juin 2018 en visite officielle en Mauritanie. Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, dont il loue « le pragmatisme », est-il un solide maillon de la lutte anti terroriste au Sahel? Pas certain !

D’après le journal « Jeune Afrique », le président français est attendu à Nouakchott d’ici à la fin juin 2018, juste avant la réunion du G5 Sahel qui doit s’y tenir en juillet. Les discussions porteront notamment sur la lutte contre le terrorisme au Sahel, une priorité absolue du président Macron obsédé par l’idée de rapatrier les troupes françaises d’Afrique et la seule carte face à ses alliés pour un président Aziz affaibli par une contestation interne grandissante.

Lire la suite...

Mauritanie : Biram Dah Abeid brièvement interpellé par la Sûreté

L’opposant et militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid a été brièvement interrogé ce mardi par la Sûreté mauritanienne. Un épisode qui fait suite à trois journées de manifestations organisées à Nouakchott par son mouvement, l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA).

Alors qu’il se trouvait à son domicile, ce mardi 20 février, Biram Dah Abeid, le leader de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), a été sommé de suivre un officier et un sous-officier jusqu’à la direction régionale de la police de la région d’Arafat. Les deux hommes l’auraient convoqué sur ordre de la Direction générale de la Sûreté. Pendant deux heures, le militant et opposant, qui entend se présenter à la prochaine élection présidentielle, a été interrogé au sujet des marches organisées dans la capitale mauritanienne depuis dimanche 18 février.

Ces manifestations visaient à protester contre la montée des prix des produits de première nécessité et – selon un communiqué de l’IRA – contre « l’inaction des autorités face à la vague de sécheresse qui frappe les milieux ruraux ». Ce mouvement de contestation a fait l’objet d’une violente répression policière, selon le président de l’IRA.

Un interrogatoire musclé

Contacté par Jeune Afrique ce mercredi 21 février, Biram Dah Abeid décrit un interrogatoire particulièrement tendu.

Lire la suite...

C’est avec consternation et indignation que les militants de l’IRA Belgique

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

Bruxelles, 22 février

Madame Federica Mogherini

Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Service Européen d’Action Extérieure SEAE

Rond Point Schuman 9A

1040 Bruxelles

federica.mogherini@ec.europa.eu

Madame la Représentante de l’Union pour les affaires étrangères.

C’est avec consternation et indignation que les militants de l’IRA Belgique, IRA France et IRA Pays Bas ont appris l’interpellation du Président Biram Dah Abeid ce 20 février par la Direction régionale de la Sécurité d’Arafat à Nouakchott et les menaces graves qui ont été proférées à son endroit.

Lire la suite...

Alerte au Guidimakha ● Le doyen Demba Diarra convoqué à la brigade de gendarmerie à Ghabou

Le doyenDemba Diarrablanchi àNouakchottrécemment dans une affaire montée par les milieux féodaux et réactionnaires du milieu soninké, est retenu depuis ce matin à la brigade de GHABOU. Originaire du village deCoumba Ndaw, il y est arrivé ces derniers jours pour passer quelques jours de vacances annuelles. Fervent défenseur des droits humains et militant pacifique pour l'égalité en DROITS et en DIGNITÉ au sein des communauté soninké, le doyen subit comme beaucoup d'autres dans les milieux soninkés d'innombrables harcèlements et intimidations à cause de leur refus d’un système féodal et esclavagiste qui sévit dans nos localités rurales.

Encore une fois de plus, nous alertons les hautes autorités mauritaniennes sur le cas symbolique de ce monsieur qui avait été classé sans suite au tribunal de Nouakchott le 6 février dernier. Ainsi cette nouvelle convocation auprès des gendarmes aujourd'hui au Guidimagha, nous paraît très troublante.

Il est temps et urgent que les pouvoirs publics à tous les niveaux prennent les mesures qui s'imposent pour garantir la cohésion sociale et citoyenne menacée incessamment par les milieux féodaux qui croient en dehors des Lois nationales. Nous relevons des tendances teintées d'ambiguïté et de connivence suspecte au niveau des administrations départementales et régionales sur ces questions liées aux séquelles vivaces de l'esclavagisme chez les soninkés duGuidimagha. Plusieurs cas en suspens et non pris en compte selon les dispositions légales prévues et connues de TOUS, demeurent en sommeil à ce jour.

QINamp;X Chaussures Femmes Talons Sandales à Bride Bloc TwCKwvaQ

Afrique en mouvement, tout ESPOIR est permis par Ibrahim DIALLO.

L’Afrique n’est plus ce qu’il était, un continent où les enfants meurent de faim et de mal nutrition où des villages entières étaient effacés à causse d’un microbe ou encore la misère et le désespoir; mais l’occident ne voit toujours pas ce temps lointain et reste tout simplement autocentré. L’ignorance très répandue chez la population occidentale de ce qui ce passe en Afrique est consternante.

Les afro-pessimisistes diront que L’Afrique reste L’Afrique et que rien a changé et ne changera pas car l’Afrique a pris tellement de retard sur le développement et la mondialisation qu’il est impossible de rattraper encore moins de dépasser l’occident et ils ne manqueront pas de parler des deux plus grandes fléaux qui frappent le continent depuis des années le manque de transition démocratique et sur l’immigration(à savoir la migrations s’opère à plus de 75% à l’intérieur du continent même) voulu ou non mais seulement ce dernier n’est plus réservé qu’à l’Afrique et ses enfants.

Nous voyons bien, de plus en plus d’Américains quittent les USA et tout les jours des milliers d’Européens quittent l’Europe pour le Canada ou l’Afrique car les opportunités en Afrique sont beaucoup plus nombreux et le niveau de la vie de plus en plus élevé et surtout beaucoup moins chère avec une population jeune(0 a 14 ans est de 40%

GOLDGOD Femmes Dames Hauts Talons Pointus Bottes à Talons Bottes Léopard Tachetées Femmes 8R7QLOxk6o

Le Général nous dit « je soutiendrai un candidat à la prochaine élection de 2019….. »Soyons inquiets.

Ce n n’est un secret de polichinelle pour personne en Mauritanie, presque tout le monde sait que celui qui a bradé ce pays, vendu ses écoles, ses entreprises et facilita à ses proches tous les avantages et postes clefs de la gestion du pays, ne pourra laisser la Mauritanie dans les mains d’un autre Mauritanien autre que ce clan. La petite phrase accordée dans son interview à Jeune Afrique ce 25 Février 2018 est subtilement employée comme le «Je vous ai compris de Charles de Gaulle » à Alger à la veille des indépendances, pour distraire l’écurie de notre opposition divisée et malmenée. Aujourd’hui, chacune de cette partie de notre« opposition» se prépare déjà à souhaiter la bénédiction de l’homme qui s’était auto proclamé en Aout 2008président des pauvres et la suite, vous la connaissez plus que moi-même puisque l’arène de nos hommes politiques n’est ignorée par personne depuis belle lurette.

Faut-il revenir sur la petite histoire du bataillon des sénateurs contre le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi avec le soutien maladroit des généraux à Ahmed Ould Dadah? Non je vous épargnerai de cette phase peu glorieuse de nos hommes politiques, ceux qui nous ont conduits par leur cécité et jeu politique à cette impasse mortelle.

Encore une fois l’amusement de la galerie vient de commencer en Mauritanie par le général Mohamed Ould Abdel Aziz, laissant planer le doute de son soutien à X pour mieux diviser non seulement son opposition mais aussi ses inconditionnels soutiens ou prétendants à sa succession. Dans les prochains jours, rassurez-vous que le combat politique sera très rude en Mauritanie. Les alliances, les positionnements et les coups bas se verront avec pour conséquence une énième prise en otage du peuple assoiffé de démocratie et de vie décente au moment où les prix flambent, les libertés collectives et individuelles bafouées et la corruption à son apogée dans tous les secteurs de notre administration.

Lire la suite...

CLTM-Mauritanie | Encore une fois de plus, les pratiques esclavagistes en Mauritanie

Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie constate avec amertume et désarroi, une fois encore de plus, les pratiques esclavagistes du Gouvernement mauritanien qui reflètent l’image vraie du régime chauviniste qui se dévoile au grand jour.En effet, le régime esclavagiste et raciste a commencé l’opération de l’envoie massive des travailleuses domestiques en Arabie Saoudite où plus d’un millier de personnes ont été envoyées dans des conditions lamentables et inhumaines.

Ces personnes sont vendues comme du bétail malgré la réaction de la communauté internationale dénonçant ces pratiques abjectes alors que le Gouvernement avait déclaré en 2015 avoir mis fin à cette opération et que les bureaux de placement ont été fermés.

Or, toutes ces allégations ne sont que duperie et mensonge car cette opération ne s’est jamais arrêtée et la soi-disant Convention bilatérale entre la Mauritanie et l’ Arabie Saoudite n’est qu’une couverture que la CLTM a dénoncée dès qu’elle a pris connaissance du contenu de l’accord.

Lire la suite...

Les forces qui mettent du désordre dans l'ordre allez vous en!

+SVP+Les forces qui mettent du désordre dans l'ordre allez vous en!

+A vos places dans vos camps allez-vous-en!

+Vous circulez dans les villes et villages!

+Vous dérangez les populations, sales sauvages!

+Je vous demande comment des vrais musulmans!

+Peuvent ainsi maltraités des pauvres innocents?

+Vous nous tabassez, piétinez, cassez voir même verser nos sangs!

+Et pourquoi arrêter, marginaliser, torturer voir même tuer des innocents?

+Vous, vous n'avez pas de cœurs en face de vos frères et sœurs!

+Hèy Regardez et respectez nous, on est vos frères et sœurs!

+Rappelez-vous que vous et nous, on a le même dénominateur commun!

+Point de vue de situation alors pouvez vous nous traiter ainsi comment?

+Attention avant d'exécuter les ordres des simples créatures!

+Obéissez aux ordres du Créateur de toutes les créatures!

+Ces femmes ce sont vos tantes et mères ok garde, police et militaire...!

+Ces hommes ce sont vos oncles et pères donc revenez tous sur terre!

+ Les conscients travaillent avec la sagesse et nul ne peut les faire taire!

Cafè Noir KHF921010350 010 Nero 35 Sangles Rayures Trois Sangles 7YLPWVen

INJURES PUBLIQUES DE HARATINE ALERTE AUX AUTORITÉS MAURITANIENNES ET AUX MAURITANIENS (VIDÉO)

Le nommé Tapa Coulibaly a été interpellé par la police sur plainte l’ONG contre discours extrémiste et raciste. Cela fait plusieurs mois, Mr Coulibaly défie les lois de la république. Cet homme tient un discours très grave, qui incite la communauté Soninké de s’en prendre à toute personne qui rejette l’esclavage et ses séquelles comme le veut la loi.

Tapa Coulibaly est ressortissant du village Oulouboni, il réside à Nouakchott, dans le quartier Kouva, qui avait traité les Haratine de bestiaux esclaves sans âmes qui doivent accepter d’être les esclaves de maures éternellement sans rechigner, comme lui, qui accepte sans complexe d’être un esclave au service d’un groupuscule Soninké par héritage dans un audio Whatsapp incendiaire, d’une violence verbale égale. Il a mis le Guidimakha dans une tension énorme. Notre bonhomme avait soutenu mordicus un vieux «cordonnier» Gambien décédé il y a peu, qui a été déplacé jusqu’à Nouakchott pour inciter les anciennes lignées esclaves Soninké, à y rester de bons esclaves. Il prendra l’exemple d’El-Nabiyou Ismaël l’ancêtre des arabes qu’il a traité d’esclave qui obéissait à ses maitres. Curieusement, l’individu est soutenu par l’élite intellectuelle soninké.

Lire la suite...

La conférence de presse de Human Rights Watch en Mauritanie perturbée

Des activistes locaux dénonçant les discriminations et l’esclavage se heurtent aussi à des obstacles imposés par le gouvernement « Vous avez dit droits humains ? Il faut demander l’autorisation ailleurs » , nous a répondu le hakim (un agent municipal), à qui nous avions demandé si nous pouvions organiser une conférence de presse en février dans un hôtel de Nouakchott , la capitale de la Mauritanie .

Normalement, le hakim décide de la délivrance de telles autorisations, mais comme nous avions l’intention de présenter un rapport critique envers les restrictions imposées par le gouvernement aux défenseurs des droits humains dans le pays, il n’a voulu prendre aucun risque. « Si le Commissariat aux droits humains donne son accord, alors moi aussi », a -t-il ajouté, en faisant référence à un organe gouvernemental. Au cours des deux jours qui ont suivi, nous avons formulé des demandes d’autorisation auprès du Commissariat, des ministères et d’autres organismes officiels, mais n’avons reçu aucune réponse.

Peu avant le 12 février, date prévue pour le lancement de notre rapport, l’hôtel nous a confirmé ce que nous suspections : pas de permis, pas de conférence de presse. Notre rapport passe en revue les législations et pratiques auxquelles la Mauritanie recourt pour restreindre l’activisme en faveur des droits humains.

Lire la suite...

MAURITANIE : L’ALLIANCE GLOBALE DES INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L’HOMME RECOMMANDE LA RÉTROGRADATION DE LA CNDH AU « STATUT B »

A la suite de l’examen de la Commission Nationale des Droits de l'Homme mauritanienne () en novembre 2017, le Sous-Comité d'accréditation () de l’Alliance Globale des Institutions Nationales des Droits de l'Homme ( GANHRI ) a recommandé que la CNDH soit rétrogradée du statut A au statut B – une décision contestée par la CNDH –, marquant ainsi son manque de conformité avec les Principes de Paris . Dans son rapport de session publié le 26 janvier 2018, le SCA a ainsi exprimé de nombreuses préoccupations, notamment le manque de transparence dans la sélection de ses membres et son manque d’indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif.

En octobre 2017, Alkarama ainsi que plusieurs ONGs mauritaniennes avaient soumis un rapport de suivi au SCA, soulignant le fait que la CNDH ne jouait pas le rôle attendu d’une institution nationale des droits de l’homme (INDH) dotée d’un statut A, dont elle jouit depuis 2011.

Sur l’indépendance de la Commission: sélection, désignation de ses membres et représentation politique au sein de la CNDH

Le 5 juillet 2017, les autorités mauritaniennes ont adopté la loi n°2017-016 fixant la composition, l’organisation, et le fonctionnement de la CNDH. Dans son rapport de novembre 2017, le SCA a souligné que si les dispositions de la nouvelle loi répondaient à certaines préoccupations soulevées en novembre 2016, ces dernières ne suffisaient pas à répondre à celles relatives à l’indépendance du processus de sélection et de nomination de ses membres. Le SCA a ainsi rappelé quele processus de sélection et de désignation de l’organe de décision de la CNDH devait être «clair, transparent et participatif» et «consacré moyennant une loi, un règlement ou des directives administratives contraignantes». Le SCA a également rappelé que «le processus de sélection doit se faire au mérite et assurer le pluralisme, afin de garantir l’indépendance de l’INDH et susciter la confiance de la population dans ses hauts responsables».

Lire la suite...

En Mauritanie, la lutte contre un esclavage d’un autre temps

Bien qu’érigé en crime contre l’humanité, l’esclavage est une pratique qui perdure largement en Mauritanie en ses formes les plus archaïques. L’esclavage en Mauritanie , une réalité d’un autre temps niée par les autorités : La Mauritanie a aboli l’esclavage depuis 1905.Cette abolition est réaffirmée dans la Constitution de 1961, et par une Ordonnance de 1981.Pourtant cette pratique perdure de façon large dans les faits. En Mauritanie le statut d’esclave se transmet de parent à enfant.L’esclave est traité tel un objet, vivant sous le contrôle direct du maître auquel il appartient et ne recevant aucune rémunération pour son travail. L’esclave, tout comme son enfant peut ainsi être loué, prêté, offert en cadeau de mariage ou reçu en héritage par les enfants des maîtres. L’esclavage et la discrimination liée à l’esclavage touchent principalement les Haratines, les descendants des esclaves des Maures blancs.

Femme Escarpins Chaussures pour Femmes en Métal et Mince Talons Hauts Pointu Paillette Chaussures Simples Paillette Chaussures Simples. Pointu Femme Escarpins Chaussures pour Femmes en Métal et Mince 9MRaelkmn

Le 23 Décembre 2017 l'association ARMEPES-France

Le 23 Décembre 2017 l'association ARMEPES-France a organisé pour le Forum Ganbanaaxun Fedde qui milite pour les droits et dignité humaine et contre l'esclavage, sa 1ère journée culturelle pleine de réussite avec plus 700 personnes présentes.1er vidéo extrait de la journée filmé et réalisé par Mamadou Mergatte Sow A suivre...

Instrumentalisation de la religion à des fins malsaines

Instrumentalisation de la religion à des fins malsaines

Non au conservatisme féodal! Non aux mentalités réfractaires!

Lors de la prière du vendredi de 26 janvier 2018 à Toulel (un village du département de Maghama qui se situe au sud de la Mauritanie à 3Km du fleuve Sénégal), un imam nommé Djiby Ibrahima Sakho dit Djiby Peindo avait tenu des propos diffamatoires à l’encontre des membres de l’association ASEPT (Association pour la solidarité, l'Eveil et le Progrès de Toulel).

Notre objectif ici présent n’est nullement d’inciter à la haine et tous les maux que cela puisse engendrer mais plutôt de mettre la lumière sur ses propos. C’est pour cela qu’il est impératif d’apporter des éclaircissements de la manière la plus objective possible concernant notre mouvement.

L’imam a profité de la tribune offerte sur le MINBAR (Chaire) pour mener à bien sa campagne de diabolisation à l’encontre des membres de la dite association et leurs parents issus de descendances serviles. Après avoir débuté son sermon en exhortant à la fraternité, il poursuit en rappelant ces derniers la place qui est sensée être la leur au sein du village :

Lire la suite...

INTERVIEW DU PRÉSIDENT DE L’ONG LUTTE CONTRE LES DISCOURS EXTRÉMISTES, L’ESCLAVAGE ET LE TERRORISME EN MAURITANIE

Guidumakha.com: Bonjour président Mohamed M’Bareck,présentez- vous à nos lecteurs et présentez nous votre ONG?

Je m’appelle Mohamed Ould Mbareck, je suis président de l’ONG Initiative d’opposition aux Discours Extrémistes. Notre ONG est créée le 07 Juin 2010 à Nouakchott – Mauritanie. Elle lutte contre les Discours Extrémistes, l’esclavage et le terrorisme.

Le saviez vous que les discours extrémistes sont très développés pour réconforter des positions féodales (esclavagistes) dans le milieudes ethnies noires Mauritaniennes?

Les discours extrémistes sont très développés et réconfortent les positions féodales des ethnies noires de Mauritanie. Dans certains milieux féodaux esclavagistes noirs, un frein à l’émancipation des esclaves est souvent entretenu par ces féodaux. Au niveau religieux ces féodaux refusent de partager les mosquées et les cimetières à ceux qu’ils jugent esclaves de caste.

Pour certains Mauritaniens non avertis, dès qu’on parle de l’esclavage, cela ne concerne que les Haratine et Maures blancs, pourtant les séquelles de l’esclavage ont la peau dure entre les ethnies dites «négro-africaines», que devrait faire les ONG pour combattre le fléau?

L’esclavage dans la communauté maure est limité grâce à la loi 048 anti-esclavagiste en vigueur dans le pays. Chez les ethnies dites négro-africaines, la pratique esclavagiste est toujours entretenue dans les milieux féodaux. Notre ONG continue de lutter contre cette pratique en dénonçant les cas rencontrés auprès de la justice avec des preuves concrètes.

L’élite noire accuse l’élite maure de raciste et esclavagiste, vice-versa chez les maures, où se situe la responsabilité des uns et les autres par rapport à ces deux problèmes qui minent les mauritaniensselon vous?

Concernant la communauté maure blanche, il n’y pas de problèmes de partage des mosquées et des cimetières entre les maures blancs et les Haratines. Ils prient ensemble dans les mosquées et leurs morts sont enterrés ensembles, leurs enfants étudient ensemble dans les mêmes écoles. Ce n’est le cas malheureusement dans les milieux féodaux des communautés négro-mauritaniennes.

Lire la suite...

LA POLICE MAURITANIENNE TENTE D'ASSASSINER AMADOU IDRISSA DIENG MILITANT IRA MAURITANIE

TENTATIVE D’ASSASSINAT PAR LA POLICE MAURITANIENNE: Amadou Idrissa Dieng raconte son calvaire. Le 31 décembre 2017, Amadou Idrissa Dieng ne l’oubliera pas sitôt. Ce responsable D’IRA MAURITANIE a été enlevé par la police Mauritanienne vers 1h du matin. Les policiers l’ont amené dans un terrain vague pour le torturer jusqu’à le laisser pour mort. Après ce calvaire, ce partisan de Biram Dah Abeid a préféré se réfugier au Sénégal pour fuir les exactions répétées de la police Mauritanienne.

Par dakarexpress.net

Le rappeur sonninké d'Evry originaire de Toulel en Mauritanie prépare la sortie de son album ....

Après la mort de 2pac et de Notorious BIG le rap US a attendu 50cent vers l'an 2000 pour avoir son nouveau roi quant au rap français il a fallu attendre B2OBA pour avoir son King et désormais c’est chose faite pour le rap Soninké ; Linky LK, le Mohamed Ali du Rap RIM et nouveau Roi du soni-rap.

Le rappeur sonninké d'Evry originaire de Toulel en Mauritanie prépare la sortie de son album au 22 hit oui oui vous avez bien compris j'ai eu l'immense plaisir d'écouter l'album avant sa sortie commerciale "goppéndokampo". Je peux vous l’assurez c'est l'album de ce début d'année 2018.

Il avait tout prévu depuis des semaines et des mois, Linky LK peaufinait la sortie de son premier album goppéndokampo, censé bousculer et donner une nouvelle envergure au rap Soninké mais aussi lui assurer le statut de roi du soni-rap. Après seulement quelques mois dans le Game, en Homme réfléchit et intelligent ( il n’y a qu'à regarder son parcours scolaire pour en être convaincu ), il faisait doucement monter la température en cette période de grand froid avec quelques gros sons comme le Feat avec l'artiste chanteur compositeur Soninké Camara sur "Wagaa" un titre aux sonorités inspiré du genre nigérian et du Africa song purement clubbing.

Lire la suite...

06 Mars 2018 journée internationale contre l’esclavage et ses sequelles se passera au Guidumakha.

Cette année, 6 mars 2018, journée internationale de lutte contre l’esclavage et ses séquelles se passera à Selibaby, capitale régionale du Guidumakha, pour informer les populations, les aspects de la loi incriminant le phénomène et ses pratiques, afin de la faire connaître auprès des administrés. L’organiseur, qui n’est autre que l’état Mauritanien, traitera-t-il le fond de la problématique, qui est basée sur la féodalité enragéecontre tout citoyen qui s’insurge contre les coutumes esclavagistes (Laadani- El-Ada) dans les villages: Soninké, peulh et Adwaba? Nous avons vu des expropriations de terres, des expulsions dans les villages, des fausses plaintes pour occuper la place de l’imamat dans les villages, des agressions physiques etc.... A quand l'administration prendra-t'elle la responsabilité d'appliquer la loi sur les contrevenants?

Nous avons appris que le ministre chargé de l’orientation islamique sera présent, il invitera les imams de mosquées à prêcher l’interdiction de l’esclavage et ses pratiques chaque vendredi, au lieu que ces imams nous tympanisent avec des histoires de femmes, adultères, mœurs et d’autres futilités sans importance. C’est, ce grand ministère que «Docteur» Mouhamedi Wagui Korera traita de ministère de charlatans «modini ministri» en soninké dans Whatsapp. Vous imaginez un peul’état d’esprit de nos cadres ???

La présence du juge Bâ Aliou, président de la Cour criminelle spéciale de Néma chargée des affaires d’esclavage se 03 mars 2018.Voila ce qu’il disait l’an dernier à Néma à la même periode.

Les moyens font défaut:«Première difficulté, selon lui, le manque de moyens de fonctionnement. Il souligne que lui, en tant que président d’une cour couvrant cinq grandes régions, il ne dispose pas de véhicules. «J’ai demandé à l’Agence Tadamoun de me fournir un Tricycle et j’attends encore la réponse» a-t-il lancé ironique.»

Lire la suite...

Mauritanie : Un plaidoyer contre l'esclavage au Guidimagha

En ma qualité de Président de l’ONG Initiative d’Opposition Contre les Discours Extrémistes, pour la lutte contre l’Extrémisme, l’Esclavage et le terrorisme. Je demande à tous les cadres du Guidimagha et en particulier son excellence Monsieur Amedi CAMARA, Ministre de l’Environnement, Monsieur Sydney SOKHNA, conseiller à la Présidence de la République, de prendre les dispositions pour la lutte contre l’esclavage dans le Guidimagha. Notre organisation met en garde les notables du Guidimagha et en particulier, ceux qui sont hauts placés dans l’appareil de l’Etat. Leur complaisance à l’égard des milieux féodaux qui pratiquent encore l’esclavage est inacceptable.

Il est malheureusement constaté que l’esclavage persiste dans la région du Guidimagha. Les pratiques esclavagistes sont courantes dans cette Wilaya. Les milieux féodaux continuent d’entretenir cette pratique dans cette Wilaya.

Les citoyens mauritaniens du Guidimagha que les milieux féodaux jugent de la caste esclave ne bénéficient pas de tous les droits conférés par la constitution du pays à leurs citoyens. Ils n’ont pas droits de diriger des mosquées, des écoles ni accéder à des responsabilités électives garanties, pourtant par la constitution.

KUKI Croix plate grossière pour dames avec des appartements romains confortables zTDJ5QGW

Sidney Sokhona tient un discours nationaliste raciste envers les maures dans le Guidumakha.

On s’était posé la question, qu’est ce que M. Sideney Sokhona est allé faire au Guidumakah ce 06 mars 2018? On le sait maintenant, il s’est accaparé de la tribune officielle, monopolise la parole, lui qui est incapable de rassembler une bonne dizaine de citoyens aujourd’hui dans la région. Puis qu’il a trahis, déçus les populations depuis plusieurs décennies. Ce personnage ne suscite plus aucun intérêt pour les ressortissants du Guidumakha, il a profité de cette journée nationale contre l’esclavage et ses séquelles, initiée par les autorités Mauritaniennes, sous l’étiquette d’un conseiller du président de la république, pour rallumé sa verve nationaliste soninké afin de diviser les populations en communauté et caste à l’aube des futures élections.

Une atteinte grave indigne d’un haut cadre de l’administration à l’unité nationale au nez et à la barbe de tout le monde. Il a trimballé dans ses délires nationalistes «anti-maures» clairement, le commissaire aux droits de l’Homme et à l’action humanitaire, M.Cheikh Tourad Ould Abdel Maleck, une connaissance de longue date au temps Ould Taya; certainement pour tronquer les conclusions finales de cette journée. Pour rappel, M. Cheikh Tourad était l’homme qui portait le sac de Sokhona lors des missions sur les droits de l’homme à l’extérieur pour berner la communauté internationale sur la réalité de l’esclavage et le racisme d’état en vigueur en Mauritanie.

Voila les propos qu’il a tenu en soninké: «Un certain comportement est un pêché selon Sidney Sokhona «Haram», car, dire que je ne prie pas derrière celui-là, parce qu’il est ceci ou cela, est faux, anti-islamique, ce n’est pas un comportement musulman. Mais cela ne doit être par la force ni par des querelles, comme du genre, pousse toi, tu ne connais rien, je me mets à ta place, non, ce n’est pas comme ça, il faut s’asseoir et discuter. Il y a beaucoup de grands villages soninké, je l’ai même dit en France, on dit souvent qu’un tel est le grandmarabout du village alors qu’il n’est même pas instruit.

Lire la suite...

Insécurité au Sahel: du tabou à la paresse/Abdel Nasser Ethmane

Le 3 mars 2018, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (Gsim), une coalition proche d’Alqaida revendiquait le raid sanglant de la veille, à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Le 21 février, la tribune d’un «collectif de chercheurs», récemment publiée sur la page de Monde-Afrique, suggère, à la France, de « Keys 5251 Sandale Femme k3Cx4B
». Les auteurs plaident la négociation avec les groupes jihadistes, un moratoire sur les frappes contre ceux-ci et une meilleure attention à la «réalité» de l’équilibre des forces, pour parvenir à l’invention de modes de règlement, par les sociétés en butte à l’extension de l’islamisme belligène. Le texte,sacrifiant en cela à la complaisance du tiers-mondisme décati, suppose que la France empêcherait, les Etats du champ, d’expérimenter de telles ouvertures. Au demeurant, l’ensemble de l’exposé s’avèrerait recevable, n’étaient l’abus de naïveté et le flagrant délit de bonne foi, deux griefs dont s’accommode si mal la crédibilité intellectuelle des signataires. Défaut de diagnostic

L’expansion du péril jihadiste ne provient pas seulement d’un échec imputable à une faillite de politiques publiques ou conséquence d’un accident de régulation, particulier à l’espace musulman; que faudrait-il penser de la somme des injustices dans le reste monde où ne prévaut, pourtant, la tentation du meurtre suicidaire et de la terreur de masse au motif de la foi.

Il s’agit, d’évidence, d’une dynamique de dissémination-contagion à l’œuvre au delà du Continent, sur l’intégralité de la mappemonde; le déferlement jusqu’ici sous-estimé, met en scène un projet de domination universel, sous la conduite de volontaires souvent instruits et d’un degré de conviction, bien dissociable d’un arbitraire qu’ils subiraient au point de s’exonérer de leur libre-arbitre. Qui offre sa vie ne triche. Aussi, convient-il de tordre le coup à la générosité galvaudée selon quoi l’extrémiste religieux sur-réagirait à la méchanceté des hommes.

Lire la suite...

40e anniversaire du Mouvement EL Hor: Samory ould Beye appelle à l’unité de toutes les forces combattant pour la cause des Haratines

Le Mouvement haratine El Hor a célébré, ce 5 mars, son 40eanniversaire. La cérémonie s’est déroulée, à la maison des jeunes en présence du gotha de cetteimportante composante sociale du pays et de beaucoup d’invités. Les militants et sympathisants sont venus de tous les quartiers de Nouakchott, essentiellement de la banlieue. La salle était archicomble.

Dans son discours prononcé à cette occasion, le président de ce Mouvement, le Syndicaliste Samory ould Beye a mis l’accent sur l’urgence pour les Haratine de fondre leursforces dans une seule structure pour défendre leurs intérêts. En effet, après quarante ans de luttecontre la marginalisation des Haratine,la pressionet le harcèlementqu’ils subissent, Ould Beye estimeque le moment est venu pour qu’El Hor passe, à une seconde étape de sa lutte avec l’ensemble des cadres et notabilités Haratines soucieux de l’avenir de cette composante et de sa place dans le pays . Dans cette optique, ila réitérél’initiative qu’il avait lancée l’an dernieret qui semblefaire son petit bonhomme de chemin.

Lire la suite...

« Un certain Sokhona Sydney n'a trouvé rien de mieux à dire que l'esclavage coutumier doit être préservé »

Cela fait quelques jours beaucoup des personnes ont parlé, souvent avec des très jolies phrases et citations, afin d'avoir beaucoup de "j'aime" ou commentaires.

J'aimerais juste dire quelque chose a vous tous: Ganbanaaxun feedé est un forum de discussion Whatsapp qui a été crée par l'association ARMEPES-FRANCE; afin de militer pacifiquement contre l'esclavage coutumier en Mauritanie, Sénégal, Gambie et Guinée et partout dans le monde ou la dignité humaine et les valeurs humaines ne sont pas respectées.

Il y'a de cela quelques jours à Selibaly ( Guidimakha ) lors de la Journée Nationale contre l'esclavage et ses séquelles en Mauritanie; un politicien, conseiller du président de la république Mauritanienne, un certain Sokhona Sydney n'a trouvé rien de mieux à dire que l'esclavage coutumier doit être préservé, surtout que les militants des associations qui militent pour le droit de l'homme et contre l'esclavage donnent une mauvaise image de la Mauritanie à l'international par leur lutte; mais voilà; il ne s’est pas arrêté là; il demande à tous les Sonninké de s'unir contre les "cirakho" Maures ou Arabes et les autres ethnies de la Mauritanie donc un appel sans filtre au racisme envers tous les autres communautés qui composent ce pays d'un haut responsable de l'état qui laisse craindre des jours sombres à la Mauritanie; tout ça pour Garder ses petits privilèges qui ne servent nullement l'intérêt général du peuple mais seulement lui et sa famille ( caste ).

Car; en Mauritanie; surtout chez les soninkés; tout est question de caste la valeur humaine et les compétences sont sans importance; chose que ARMEPES, IRA, UVDS et bien d'autres ONG et Associations ont décidé de dénoncer, mais voilà les féodaux à coup de tentative d'assassinat, intimidation, embuscade, expropriations et de provocation avec l'aide de certains haut responsable de l'état; qui sont des familles dites "dirigeantes" et "maraboutiques" dans le seul but de nuire ces ONG et Associations et installer un climat de terreur comme fait les organisations terroristes.

Avec Les Filles Mocassins pour femme P7EkE

Célébration du 6 Mars, journée de lutte contre les pratiques esclavagistes : Mobilisation réussie à Sélibaby mais Réalités occultées

Célébration du 6 Mars, journée de lutte contre les pratiques esclavagistes : Mobilisation réussie à Sélibaby mais Réalités occultées A l’occasion dela célébration du 6 mars, Journée internationale de lutte contre les pratiques esclavagistes ce fut la ruée vers Sélibaby, la capitale régionale du Guidimakha où la question de l’esclavage divise profondément surtout dans le milieu soninké. Organisée par l’Association des maires du Guidimakha, une structure politique la journée a connu une grande mobilisation. Elle est marquée par la présence du commissaire aux droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire, des représentants de l’agence Tadamoun, celle de Sidney Sokhona, conseiller à la présidence de la république assisté par un groupe de cadres soninkés en sa possession un document institué : contribution des cadres de l’UPR pour lutter contre l’esclavage. Elle est aussi marquée par la présence des autorités administratives et sécuritaires régionales dirigées par le Wali du Guidimakha, Mr Diallo Oumar Amadou.

Lire la suite...

Sidney Sokhona était le conseiller des droits de l’homme Ould Taya pendant la période 1986 et 2000.

Ce que je dis, je l’assumerai jusqu’à devant Dieu et je défie Sokhona et ces lascars troubadours, qui agitent le spectre de la « diffamation » à m’apporter la moindre preuve du contraire, ensuite, je présenterai mes excuses publiques pas seulement à cet homme mais à la nation mauritanienne toute entière. Sidney Sokhona était bel et bien le conseiller chargé de mission des droits de l’homme de Maaouiya Ould Sid’ahmed Taya pendant qu’il tuait et expulsait les noirs vers le Mali et le Sénégal.

Sidney Sokhona n’avait de mission qu’à sillonner l’Europe, Amérique, Afrique, Asie, le Moyen Orient, le Golf pour nier les déportations, exécutions extrajudiciaires, l’esclavage, le racisme pour le compte du dictateur Taya. D’ailleurs, qui l’ignore en Mauritanie à part ces pauvres illettrés Soninké dans le Guidimakha qu’il berne avec son discours à deux balles en se prenant comme un nationaliste soninké qui se porte garant à défendre l’intérêt de Soninkara dans le Guidimakha sans avoir un certificat d’études dans sa poche?

Nous savons ce que ses conseils ont rapporté à la dictature Ould Taya, qui étaient si désastreux en terme humanitaire, le voila qui est chargé de mission apparemment de Ould Abdel Aziz auprès des populations Soninké du Guidimakha, il faudra s’y attendre au pire. Ce qui est sûr, cet homme est tellement aigris, méchant, rancunier, jaloux, complexé, égoïste, il ne cédera la place à aucun autre soninké à fortiori les autres citoyens qu’il déteste naturellement. Un vrai gourou animiste sectaire.

Lors du coup d’état du général Aziz en 2008, Sidney n’aurait trouvé d’autres moyens à combattre les putschistes qu’à arpenter les cases de féticheurs sorciers Africains pour « marabouter » l’armée et Ould Abdel Aziz, voila l’arme d’un vrai ignorant animiste qui ne croit pas à Dieu. Assez de cette fumisterie officielle !

Lire la suite...

Droit de réponse à Jeune Afrique par Ahmed Ould Cheikh et Moussa Samba Sy

Droit de réponse à Jeune Afrique

Dans une interview-fleuve, publiée dans votre édition 2981 (du 25 Février au 3 Mars 2018), le chef de l’État mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, est revenu sur l’affaire dite Ould Ghadda, du nom du sénateur actuellement en prison et où nous, journalistes signataires du présent droit de réponse, avons été impliqués. Au-delà de la forme et du choix des questions sur lesquels il est inutile de revenir (tant la complaisance le dispute à l’obséquiosité), nous jugeons utile d’apporter un certain nombre de précisions et d’éclaircissements à l’opinion publique. Même si nous sommes persuadés que le droit de réponse n’a aucune chance d’être publié dans vos colonnes, il le sera dans les nôtres et nous aurons, au moins, tenté d’expliquer, à vous et à tous ceux qui s’intéressent à notre cher pays, ce qui s’y passe réellement, loin des surenchères et des mises en scène qui ne trompent plus personne. Avec douze sénateurs et deux leaders syndicaux, nous sommes trois journalistes et la directrice d’un site web à avoir été placés sous contrôle

Lire la suite...

Pour la Mauritanie, osons nous parler ! : Déclaration [PhotoReportage]

Une assemblée générale du mouvement IRA a été tenue le 11 mars, chez son leader Biram Dah Abeid . Des prières à la mémoire de nos défunts militants précédaient l’ouverture des travaux. La réunion portait sur l'avenir du pays.Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz vient de réitérer son départ en 2019, au terme d’un second quinquennat à la tête de l’Etat. Une décennie de pouvoir solitaire ne lui permit d’entamer le règlement des contradictions lancinantes de l'esclavage et de l’inégalité matérielle et morale sur fond de racisme; la problématique de la discrimination reste l’insuffisance majeure de son bilan.Cependant au cours des dix mois à venir, il garde encore la faculté, s’il le veut, d'instaurer les fondements d’une véritable démocratie, par l'apaisement avec ses adversaires et l’apurement du passif dans le domaine des droits humains.Des concessions et garanties réciproques consolideraient l’entente sur la base de l’intérêt général, qui est le socle de toute fortune appelée à durer.

Lire la suite...

Phraséologie mauritanienne et curiosité des mots « naissance d’un nouveau genre humains a Sélibabi »

Phraséologie mauritanienne et curiosité des mots « naissance d’un nouveau genre humains a Sélibabi »

La Mauritanie est le pays des mille poètes, cela suffit largement pour comprendre les détournements énormes fait des mots, ce n’est pas un manque de respect mais c’est peut-être de l’ingéniosité, du savoir-faire linguistique dont la principale victime reste les mots dont certains sont devenus de vrais maux, des maux de tous ou presque et ceux qui n’ont aucun mot à dire et àredire subissent les mots.

La naissance d’un nouveau genre humaine à Sélibabi en est la preuve, les mots sont devenus de véritables pions, qu’on avance pour donner un sens à un discoure politiquement incorrecte. Ainsi quand certains parlent d’esclavage d'autres préfèrent parler de séquelles d’esclavage une phraséologie dont même des pays nés de l’esclavage comme les États Unis ne connaissent pas, quand certains disent négro mauritaniens Ilne s’agit pas de tous les noirs mauritaniens par ce qu’ici en Mauritanie il y a des noirs pas nègres, d’ailleurs certain ont trouvé

que parler de noirs mauritanien c’est une forme d’accaparement d’une certaine couche supposait passer de mains à mains, c’est ce même pays que sont nés les « anciens harratine soninké » ....

Josef Seibel SMUNeele 03 Derby Femme jVD0mFZ2bs

«CREER DES CONDITIONS DE COHABITATION ENTRE LE SENEGAL ET LA MAURITANIE»

Dans la dernière partie de l’interview exclusive que le Président de l’Alliance pour la justice et la démocratie/Mouvement pour la Rénovation a accordé à Sud Quotidien, Ibrahima Moctar Sarr appelle à une «cohabitation harmonieuse» entre le Sénégal et la Mauritanie pour éviter que les douloureux événements de 1989 ne se reproduisent. Par la même occasion, il interpelle la communauté internationale face à la situation de son pays. Après la mort tragique du jeune Fallou Sall, on a vu la réaction de l’Etat mais aussi, celle de l’opposition. Que préconisez-vous ? Il y a eu beaucoup de partis qui ont déploré ce qui s’est passé. Cette situation est dangereuse pour nous autres Négro-africains. Quand le conflit a éclaté entre les deux pays en 1989, ce sont les Négro-africains qui en ont payé le prix. A la place des sénégalais émigrés, ce sont des mauritaniens noirs qui ont été déportés et qui ont été massacrés dans toute la vallée.

Nous ne souhaitons pas que ce genre de situation se répète. Nous pensons qu’en dehors de la réalité que nous vivons dans le pays, les deux États doivent créer les conditions d’une cohabitation harmonieuse en se respectant mutuellement. Que chacun essaye de jouer le jeu

Lire la suite...

Nomination de Sidney Sokhna à la présidence : le retour à la poubelle continue !

Comment a-t-on pu faire recours aux mauvais services de Sidney Sokhna , ancien bras droit de Moawiyaet connu pour avoir été sonnègrede corvée , dans l’ accomplissement des sales besognes!

L’homme qui n’a jamais fait l’école, ni été fonctionnaire, était admis à la retraite par deux fois! On le nomme aujourd’hui chargé de missions, poste qu’il avait occupé déjà les années 90, sous Ould Tayaen tant que conseiller en droits de l’homme, comme s’il n’existait pas de Soninkés plus méritants et plus indiqués pour remplir une telle fonction symbolique!

Pour l’information de nos visiteurs, notons que la communauté Soninké compte des intellectuels par centaines qui sont honnêtes,et ayant fait leurs preuves dans des hautes fonctions!

Pourquoi s’est-on rappelé de ce faux cinéaste, ancien immigré illégal et ouvrier clando chez Renault avant de se recycler dans la pseudo politique?

Seul son sorcier, l’un des marabouts de la présidence peut répondre à cette question! En pays Soninké, de Selibaby à Bouaanz , personne ne connait Sidney!Peut être que certains le confondentavec Sidney Poitier l’acteur, le vrai celui-là!

Lire la suite...

Ce n’est qu’un esprit du complexe d’infériorité de Noirs Africains....

Ce n’est qu’un esprit du complexe d’infériorité de Noirs Africains, difficilement admissible. Il y a de noirs, qui croient encore de nos jours, pour être des hommes à part entière, il faudra qu’ils rabaissent, humilient d’autres noirs coûte qu’au coûte. Voila qui donne raison aux négriers Blancs et Arabes, ces noirs qu’ils ont commercialisé pendant plusieurs siècles comme du bétail, ont été vendus, par leurs propres frères africains. En tout cas, il y’a anguille sous la roche quoi qu’on dise, vu le silence des intellectuels africains sur le sujet de l’esclavage coutumier et traditionnel intra-africain. Ceux qui avaient eu le culot de traiter, ce sujet sérieux d’un «faux débat», sous forme d’une fuite en avant, ont-ils tort ou raison? Ils se sont posés comme des incontournables dans la lutte contre le racisme, les inégalités, pourquoi, ne voyaient-ils pas cette grave discrimination entre noirs comme entorse, un frein dans leur «LUTTE»?

Voila les histoires troquées des victimes de l’esclavage, des traitements inhumains et dégradants dans l’Afrique noire. Selon les savants, il est illicite qu’un musulman détient un autre dans l’esclavage.

Pourtant, on retrouve l’esclavage très ancré voire sacralisé dans les mœurs, coutumes, traditions au nom de l’islam, particulièrement dans cette Afrique de l’Ouest très islamisée, pourquoi??? Il est facile de se tailler une histoire comme on le voudra mais……………….

LONGO 1005670 Chaussures de ville à lacets pour femme wUS0tDZcN

Les dirigeants du parti Arc-en-ciel ce sont distingués ces dernières années par leurs mensonges éhontés réitérés

Les dirigeants du parti Arc-en-ciel ce sont distingués ces dernières années par leurs mensonges éhontés réitérés parmi la classe politique Mauritanienne. Leur leader plutôt hâbleur, M. Alassane Hamady Soma Bâ alias Balas nous a chanté sur la toile, il y a peu de temps, qu’il avait rencontré le président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui l’aurait promu que tous les Mauritaniens seront recensés dans moins de 3 mois sans problème. Il ajoutera, tout celui qui n’est pas recensé dans ces trois mois, n’est plus Mauritanien.

Même ceux qui n’ont pas un seul moreau de papier, seront pris en compte. Je l’avais répondu sèchement, moi Dicko Hanoune, j’ai été recensé en France, j’ai mon récépissé du recensement 1998, cela fait plus de 2 ans, je n’ai reçu aucun document d’état Civil Mauritanien. Ni Balas, ni Aziz ne seront plus Mauritaniens que moi jusqu’à la fin du monde. Les dirigeants de ce parti «cartable» m’ont traité de menteur eternel opposant au régime. Mais avant de me voir comme un opposant, je suis d’abord Mauritanien. N’en déplaise à Aziz et son troubadour Balas.

Est-ce qu’un président de la république doit gouverner un pays, uniquement pour servir son parti politique et ces alliés? Pourquoi Balas appelle aujourd’hui à manifester pour

Lire la suite...

Interview exclusive- Biram Dah Abeid, Président IRA(Mauritanie): « L’esclavage continue à être un tabou en Mauritanie »

C’est avec le cœur meurtri que le président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) aborde la situation des droits de l’homme dans son pays en Mauritanie. Dans une interview exclusive accordée à Dakar7 et à Alerteinfo.com, Biram Dah Abeid, en visite au Sénégal, dénonce le phénomène de l’esclavage qui est un «tabou» en Mauritanie. Selon lui, cette «pratique d’un autre âge» est d’autant plus scandaleuse que l’Etat Mauritanien ne fait rien pour la combattre.

Source: Urban GoCo Sandales pour Femme Urban 398901B6600 Pewter 3urGb

Mauritanie : M. Gaye TRAORE président ARMEPES-France répond à nos questions sociales et sociétales.

1-Guidumakha.com: Bonjour M. le président Gaye TRAORE, présentez vous à nos lecteurs, présenter également l’ONG ARMEPES-France et Ganbanaaxu Fedde?

Bonjour Guidumakha.com , merci de m’avoir donné l’occasion de présenter notre ONG Armepes –France et le mouvement Ganbanaaxu fedde .Pour répondre à votre question rigoureusement , je m’appelle Gaye Traore autrement GAYE TENE pour les intimes. Je suis natif de la ville de Sélibaby , cette ville me tient particulièrement à cœur et beaucoup de nos cadres du Guidimakha doivent à cette ville et à ses structures scolaires. Je fais des études en lettres modernes à la faculté des lettres et sciences humaines de Nouakchott avant de poursuivre un Master2 en sciences de l’Education option:« POUVOIRS –DISCOURS ET SOCIÉTÉS » à Créteil Université actuel UPEC. Quant à l’ONG ARMEPES-France , elle est née à la suite d’un affront -en tout cas nous l’avons senti ainsi et il ne peut en être autrement – d’un érudit de la communauté Soninké basé en ARABIE SAOUDITE qui a fait un très long exposé sur l’esclavage et celui de la communauté Soninké

Plus précisément.

On peut écouter une partie de l’exposé sur ce lien: https://www.youtube.com/watch?v=LcXt1j4Vcl4 , la morale tirée de ce long exposé est la

justificationde la pratique de l’esclavage dans notre SONI KARAA. A partir de mars 2008 nous avons commencé de faire des réunions de sensibilisation dans les différents foyers de travailleurs immigrés dans PARIS et aux alentours. De ces consultations, est sortie Association mauritanienne pour l’éradication des pratiques de l’esclavage et ses séquelles-France ayant comme sigle ARMEPES-France, notre objectif premier est de débarrasser notre SONI KARAA de toutes ses tares liées à la féodalité, au système de castes, à l’hiérarchisation entre personnes ayant vécu ensemble depuis des nombreuses années. Notre ONG ARMEPES-France

Callaghan 20602 Sandales Femme Uy6mrV8Jp

Mauritanie : Salir la réputation de Biram Dah Abeid est devenue une obsession pour certaines crapules Mauritaniennes qui ruminent

Mauritanie : Salir la réputation de Biram Dah Abeid est devenue une obsession pour certaines crapules Mauritaniennes qui ruminent le mensonge dans tous les sens. Le mensonge qui tuait hier, nourrit des familles entières aujourd’hui.

Démenti saignant aux ragots publiés le 25 septembre 2013 dans la presse qui disait : « Quand Biram Ould Dah son l’INAD-MC défendaient les acquis démocratiques de Ould Taya », article posté sous le pseudonyme Mohamed Ould Boilil qui fait le choux gras de certains menteurs de la toile qui l’ont signé carrément « Birame ould dah ould abeid mettant la date du 15/08/2004 ». Quand on prend l’engagement de publier des articles et opinions sous un pseudonyme, cela n’augure rien de bon ni de sérieux. Cette fameuse déclaration qu’ils attribuent à Biram et IDAD-MC, n’est trouvable que sous des mentaux d’obscures personnages peu fréquentables. L’auteur de l’article commet même une faute dans le titre de son article, il parle (INAD-MC) qui n’existe pas. Une lâcheté humaine pas plus ni moins. Les détracteurs de Biram Dah Abeid resteront à leur fin jusqu’au dernier jour.

La déclaration que nous avons obtenue datant du 06/09/2005, L’initiative pour la défense des acquis démocratiques-Mouvement du Citoyen s’est félicitée de la chute du dictateur Ould Taya, demande réparation pour les militaires massacrés 1990-191, la poursuite des auteurs de crimes en justice, la pénalisation de l’esclavage etc….

Lire la suite...

Mauritanie : La commune de Daffort dans le Guidimakha est confrontée avec le summum de l’immoralité féodale.

Je suis hors de moi même, pourquoi punir quelqu'un qui est déjà mort, un cadavre ? Comment un musulman peut-il penser comme ça, être possédé jusqu'à un tel degré ? Le sacré respect de morts par tout musulman est passé où ? ?? Ils en veulent même aux cadavres, bon sang ! Quelle immoralité, vous l'avez compris pourquoi les nègres souffrent en Mauritanie ? Arrêtez d'en vouloir aux maures s'il vous plaît.

J'ai écouté le témoignage poignant de notre grand frère Diadié BambiCoulibaly qui fait froid au dos. Daffort, village natal du ministre de l'environnement, M . Amedi Camara, il se passe des choses effroyables ! Il y a peu de temps, sa belle famille voulait exproprier un vieillard de 106 ans son lopin de terre sous prétexte qu'un esclave n’a pas de terre alors qu'il cultivait son jardin depuis les années 1950.

Le maire de la commune Daffort ,Silly Sira Amedi Camara alias Diadié Gagny Camara a assisté à une réunion des féodaux du village et leurs soi-disant marabouts coutumiers pour mettre dans l'embargo ,en quarantaine ceux qui rejettent leurs coutumes ancestrales esclavagistes , allant jusqu'à interdire aux marabouts coutumiers les cérémonies de prières d'inhunimations religieuses de morts de ceux qui refusent d'être des esclaves dans le village daffort . C'est terrible, même les morts ne sont pas épargnés, en plein l'an 2018. Comment ces grandes gueules peuvent dire que l'esclavage n'existe pas ?

C'est tellement grave et ignoble venant d'un maire, premier représentant de l'état dans une commune dans les villages. Consternation

Lire la suite...

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : GANBANAAXU DAFORT, DES PRÉCISIONS SUR LES RÉALITÉS.

Nous, communauté GANBANAAXU* DAFORT, tenons à rappeler et clarifier la situation qui prévaut dans le village DAFORT dans la commune du même nom. Ces derniers temps, plusieurs rumeurs plus ou moins fumeuses, imprécises voire fumistes circulent sur une mise en quarantaine sociale de notre communauté dans cette localité du Guidimagha. De ce fait, par ce communiqué de presse, nous comptons édifier l’opinion publique sur les réalités du terrain en quelques points :

■ Depuis toujours, nous tenons à notre ligne d’engagement pacifique et ferme par la sensibilisation et la conscientisation de nos proches sur le caractère indigne et humiliant du régime coutumier et féodal soninké qui discrimine et hiérarchise.

■ Aujourd’hui, le message est passé auprès d’une frange importante et nous sommes organisés en citoyens avertis. Par conséquent nous gérons nos affaires communautaires et sociétales sur les bases de l’égalité et de la dignité promues par notre sainte religion et la fraternité humaine. Ainsi nous vivons en bon voisinage dans le village avec ceux qui ont compris la nécessité de notre engagement pacifique pour la restauration de notre DIGNITÉ SOCIALE au sein des communautés soninkés.

Lire la suite...

En Mauritanie, la lutte contre l'esclavage étouffée

Esclaves sexuelles, ouvriers, domestiques ou agriculteurs... Amnesty International alerte sur une pratique toujours en cours depuis l'abolition en 1980. En Mauritanie, la lutte contre l'esclavage étouffée La Mauritanie est l’un des derniers pays au monde où l’esclavage est encore un phénomène de masse: 1% de la population y serait asservie, selon The Global Slavery Index.Parmi ces 43 000 personnes, des esclaves sexuelles, victimes de mariages précoces ; des esclaves urbains, domestiques maltraités et non payés ou ouvriers dans le secteur de la construction ; en zones rurales, des familles entières réduites au travail forcé pour cultiver les terres de leurs maîtres.

Lire la suite...

Un journaliste franco-marocain expulsé de Mauritanie alors qu'il réalisait une reportage sur l'esclavage

Ce dernier a passé quatre jours dans un poste de police. En Mauritanie , la question de l’esclavage reste encore des plus controversée.Alors qu’il réalisait depuis une vingtaine de jour un reportage sur le sort des esclaves dans ce pays, Seif Kousmate est arrêté le 20 mars dernier par les autorités mauritaniennes alors qu’il quittait le pays pour se rendre au Sénégal voisin, afin d’y prendre un vol retour vers le Maroc. "Au début, ils ont pensé que j’étais terroriste", explique ce dernier au HuffPost Maroc . Matériel confisqué et formaté Le journaliste ayant la double nationalité française et marocaine, est rentré en Mauritanie avec son passeport marocain, semant le doute auprès des autorités sur son identité. Après avoir été transféré au commissariat de Nouakchott , les policiers inspectent son matériel et notamment un enregistreur.Ces derniers comprennent alors qu’il avait enquêté sur la question des esclaves, extrêmement tabou dans ce pays. Les policiers commencent alors à effacer les images prises par le journaliste qui perd presque tout le travail accompli ces derniers jours. “Tout a été formaté”, se désole-t-il. Seif Kousmate passera plus de quatre jours au poste de police, les autorités mauritaniennes

Lire la suite...

POLITIQUE EN MILIEU SONINKÉ DU GUIDIMAGHA ; EN FINIR AVEC LES LOGIQUES CLANIQUES POUR UN VOTE LIBRE ET CITOYEN !

POLITIQUE EN MILIEU SONINKÉ DU GUIDIMAGHA; EN FINIR AVEC LES LOGIQUES CLANIQUES POUR UN VOTE LIBRE ET CITOYEN!

Ah oui, la politique dite «politigui» en parler cru soninké , n’est pas étrangère à la communauté soninké d’une manière générale. Et elle ne l'est surtout pas aux milieux soninkés du Guidimagha mauritanien. Dans un passé récent, une de nos réflexions contributives était axée sur la nature de l'exercice particulier de la vie politique ou plutôt politicienne traditionnellement entretenue. La cité soninké du guidimagha est gérée selon un ordre féodal quasi princier qui défie et inhibe à la fois les dépositaires de l'autorité publique moderne au niveau local avec des complicités troublantes et clientélistes plus ou moins inavouables. Ainsi ces réalités qui contrastent avec ce qui devrait être l'ordre régalien admis théoriquement par la constitution de notre pays, reflètent et transposent dans une certaine mesure des références coutumières qui faussent le VIVRE Politiquement CITOYEN. Les anciens clans féodaux investissent tacitement les partis politiques modernes. Ces derniers s'y accommodent en instaurant un système clientéliste de tendances locales au sein du même parti. Le cas symbolique est celui du parti au pouvoir du moment sous différents régimes.

Profitant de l'ancien ordre féodal qui structure la communauté, certains barons politiques ont pu se recycler en surfant sur un suivisme communautariste de l'expression d’un vote «dicté et orienté».

Lire la suite...

Mauritanie : Des obstacles administratifs empêchent des enfants d’aller à l’école

Une procédure complexe d’enrôlement à l’état civil limite les inscriptions

- Le processus national d’ « enrôlement » à l’état civil en Mauritanie , empêche certains enfants de s’inscrire à l’école publique et de passer des examens nationaux obligatoires, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.Le gouvernement devrait modifier ses politiques pour veiller à ce qu’aucun enfant en âge d’être scolarisé ne soit privé du droit à l’éducation parce qu’il n’a pas les documents d’identité exigés.De nombreux Mauritaniens n’ont pas pu mener à bien la procédure d’enrôlement biométrique à l’état civil qui a débuté en 2011. Tout résident, de nationalité mauritanienne ou non, a l’obligation de fournir une série de papiers officiels – mais de nombreuses personnes n’ont pas les documents nécessaires et rencontrent beaucoup de difficultés pour mener à bien la procédure requise pour les remplacer.Des familles ont déclaré à Human Rights Watch que certains établissements scolaires avaient refusé des élèves non enrôlés, alors que la scolarisation est obligatoire de 6 à 14 ans.

Lire la suite...

Esclavage : la cour criminelle de Nouadhibou prononce des peines de dix et vingt ans de prison

La Cour criminelle de Nouadhibou a condamné, aux termes de son audience du mercredi 28 mars 2018, le nommé Saleck Ould Amar et son fils, Hamoudi Ould Saleck à une peine de 20 ans de prison et une amende de 500.000 MRU (soit 5 millions anciennes ouguiyas) pour pratiques esclavagistes.Par contre, la nommée Ravea Mint Mohamed a écopé de 10 ans d’emprisonnement et 250.000 MRU (2,5 millions anciennes ouguiyas) d’amende pour le même crime esclavagiste.Le site atlasinfo.info qui rapporte l’information précise que les assises se sont déroulées au milieu d’un dispositif sécuritaire renforcé. Toutes les voies menant au tribunal étaient quadrillées par les forces de l’ordre et une fouille systématique montée à l’entrée de la salle d’audience.

Lire la suite...

Il a été privé les funérailles de son père injustement.

Il a été privé les funérailles de son père injustement. Tristesse, le père de notre martyr de la lutte abolitionniste, M. Abdallahi Matallah Saleck est décédé hier 23 mars pendant que son fils est séquestré, pris en otage dans le désert de Birmoghrein à 1200km de chez lui depuis bientôt 2 ans injustement. Leur dossier d'appel contre cette condamnation illégale est pendant devant lacour d'appel de Nouakchott qui l'a jamais ouvert ni jugé. Nous adressons nos condoléances attristées à nos deux camarades Abdallahi Matallah Saleck et Moussa Biram Bilal depuis le bagne de Birmoghrein .Paix à l'âme du défunt amine.

Vos bourreaux Mohamed Ould Abdel Aziz et son ex-ministre Brahim Ould Daddah seront enterrés un jour pour être jugés de bon sans appel. Tout fervent croyant, sait ce qui les attend dans l'au-delà. Soyez forts, la prison est mieux qu'une semblante liberté d'une prison à ciel ouvert. Toute la Mauritanie est en prison à vrai dire excepté Aziz et sa clique UPR.

Mauritanie : Usurpation du rôle de la CENI par les cadres de l'UPR dans le Guidimakha.

Mauritanie: Usurpation du rôle de la CENI par les cadres de l'UPR dans le Guidimakha.

La réimplantation de l'UPR n'a rien, n'avoir avec les inscriptions dans les listes électorales comme le font croire certains cadres noirs aux populations. Ce rôle revient à la CENI non aux partis politiques. Une réimplantation veut juste dire renouvèlement des adhérents où adhésions dans un parti politique ou une ONG au niveau national voire même international. Qu'ils arrêtent leurmensonge.

Les cadres du Guidimakha mentent aux populations illettrées en leur faisant croire que toute adhésion au parti au pouvoir, ouvre automatiquement le droit de vote aux populations comme si l'UPR s'est substituée à la place de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante).

Lire la suite...

Déclaration AMEES : Une situation préoccupante à Dafort

Depuis la fin des travaux de la journée Nationale de lutte contre les séquelles de l’esclavage à Sélibaby le 6 mars, journée qui a été l’occasion de débats riches et sérieux, un certain nombre de problèmes aigus que notre association a toujours soulignés, ont retenu l’attention notamment : Le problème foncier agricole et domanial ;

La discrimination religieuse des anciens esclaves basée sur des considérations de castes en milieu soninké. Les conclusions de ces débats sont loin d’avoir fait l’unanimité et loin s’en faut. Voilà que la ville de Dafor vit une crise grave conséquence de l’existence de séquelles exacerbées de l’esclavage, crise allant jusqu’à opposer des clans de féodaux et d’anciens esclaves eux-mêmes et risquant d’engendrer la violence.

Bornran Sandales Plateforme Femme esU9o

Communiqué des Flam sur les macabres découvertes de squelettes humains près de Choum

La gendarmerie mauritanienne vient de mettre aujour 15 squelettes humains révélant que les suppliciés ont eu les mains et les pieds ligotés. Cette caractéristique rappelle les circonstances dans lesquelles plusieurs soldats, arrêtés et torturés en raison de leur appartenance raciale, ont été sommairement assassinés durant les années de braise (1987-1991). De telles exactions s’étaient déroulées principalement dans le nord du pays. La découverte macabre des services de la gendarmerie mauritanienne conduisent donc à se demander si la terre ne commencerait pas enfin à révéler ce qu’elle renferme.

Dans ces conditions, les FLAM (Forces de libération africaines de Mauritanie) exigent :

le transport des squelettes découverts au sein d’un centre médico-légal indépendant aux fins d’autopsie par des médecins indépendants dans le but de déterminer les circonstances et conditions dans lesquelles les personnes ont trouvé la mort;

Lire la suite...

Contre les séquelles de l'esclavage en milieux soninkés, les pistes douteuses d'un avocat !

MD, un avocat d'ethnie soninké présenté historiquement comme défenseur des droits humains et encarté opposant sérieux aux différents régimes en Mauritanie, avait fait une sortie médiatique "scandaleuse" au cours d'une émission TV qui plaît beaucoup aujourd'hui aux esprits excités et réactionnaires issus de milieux féodaux. Pourtant on pourrait assimiler la substance d'une partie de ses propos aux dires xénophobes d'un adepte campagnard d'extrême droite en occident. Sur les problématiques liées aux pratiques féodaloesclavagistes dans la communauté soninkée, il s'est permis des largesses troublantes. Selon notre homme de "Droit", chez les soninké à propos de l'esclavage , il n'y reste que d'infimes vestiges. Encore le fameux diagnostic gymnastique bien connu en la manière consistant à minimiser son esclavagisme intracommunautaire par effet comparatif

Lire la suite...

Regardez les vidéos

Interview avec Seif Kousmate, photojournaliste marocain expulsé de Mauritanie pour avoir enquêté sur l'esclavage

Le photojournaliste franco-marocain Seif Kousmate, basé à Casablanca , a été arrêté en Mauritanie alors qu'il réalisait un reportage la problématique de l'esclavage. Après quatre jours de détention, il a été relâché pour être expulsé vers le Maroc .Samedi 24 mars, Seif Kousmate , photojournaliste franco-marocain, arrivait à Casablanca après s'être fait expulser de Mauritanie où il réalisait un reportage sur la problématique de l'esclavage.La Mauritanie est l'un des derniers pays à avoir aboli l'esclavage en 1981, mais selon un rapport d'Amnesty International publié la semaine dernière, 43.000 personnes, soit 1% de la population en serait encore victime. Quelle était la raison de votre séjour en Mauritanie?

Lire la suite...

Vidéo ● Mauritanie: des peines de 10 et 20 ans de prison pour esclavagisme, réaction de Biram

Le président de l’organisation abolitionniste IRA-Mauritanie Biram Dah Abeid a déclaré lundi dans un entretien à Cridem que le régime du président Ould Abdel Aziz tentait d’abuser de la communauté internationale.M. Abeid était interrogé sur la décision de justice de la Cour criminelle de Nouadhibou , qui a condamné le 28 mars 2018 dans deux affaires distinctes deux personnes, une femme et un homme, respectivement à 10 ans et à 20 ans de prison ferme pour esclavage. Une première en Mauritanie .

Lire la suite...

Fosse commune : l’AMDH s’indigne et réclame une enquête

y a quelques jours de cela, la découverte d’une fosse commune dans le nord du pays a fait le tour des médias. Jusqu’ici, aucune réaction officielle des autorités n’a été enregistrée.

C’est d’ailleurs ce que dénonce l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH), à travers un communiqué dont LeReflet.NET a reçu copie en début de soirée de ce mercredi 4 avril 2018. L’AMDH s’indigne et réclame une enquête. D’emblée, l’organisation dirigée par Me Fatimata Mbaye a accusé le gouvernement mauritanien de cacher à l’opinion la « découverte macabre » . L’AMDH estime « selon toute vraisemblance, les dépouilles découvertes seraient celles de soldats Négro-Mauritaniens victimes d’exactions » du régime d’ Ould Taya à l’occasion du trentième anniversaire de l’indépendance nationale. En outre, l’organisation qui milite pour les droits de l’homme recommande au gouvernement de diligenter une enquête pour faire la lumière et rechercher les ayants droits. Par la même, l’AMDH réclame que la commission nationale chargée d’investigations sur les sépultures soit enfin mise en œuvre. Ce, afin de localiser « les nombreux charniers disséminés à travers le pays ».

Lire la suite...

À propos de l'enrôlement biométrique des Mauritaniens: pourquoi ça bloque

C’est là un avis adressé aux Mauritaniens qui n'ont pas pu obtenir leurs documents d'état civil. Depuis 2016, je me suis présenté avec mon dossier complet, avec toutes les pièces requises pour me faire enrôler sur led registre de la population et des documents sécurisés de l’ANRPTS.

Tout s’est fait normalement: les formalités administratives, les empruntes digitales, les photos et les enregistrements.

On me remet un reçu (voir photo), en me disant qu'ils vont m'appeler dès que mes pièces d'état civil seront prêtes.

Chose qu'ils n'ont jamais faite depuis. Mes appels faits régulièrement à l'ambassade de Mauritanie à Paris, pour m’enquérir sur la situation sont restés sans réponse, puisque personne ne décroche, ni le cabinet de l'ambassadeur, ni le service consulaire à fortiori le service de recensement et de l'accueil du public de l'ambassade.

Pour rappel, je réside à Lyon 500km de Paris. J’ai parlé sous contrôle de plusieurs témoins qui connaissent mon dossier dont je ne révèle pas les noms.

Mes amis et proches se sont penchés sur le dossier, mènant leurs enquêtes de fil en aiguille, avant de découvrir que le dossier est bloqué à cause d'une signature de ce qu'ils appellent le PV (Procès Verbal ) des parents .

Vous imaginez, 2 ans sans aucune nouvelle sur la cause réelle du blocage , l'administration m'informe pas ses usagers la cause du blocus de leur dossier pour favoriser la corruption bien entendu .

Il faut payer pour juste obtenir une information concernant mon dossier qui est un droit fondamental régi par les lois de la République.

C'est tellement aberrant que J'ai décide de mettre ces informations personnelles à la disposition des autres concitoyens qui peuvent se trouver dans la même situation dans les centres d’enrôlement.

Dès fois, les citoyens sont bloqués intentionnellement afin les soutirer illégalement de l'argent.

Cela s'appelle incitation à la corruption par des fonctionnaires de l'Etat Mauritanien. Vraiment pitoyable, comment peut-on être fier d'appartenir à un tel pays ?

Le problème est qu'il n'y a pas de sanctions pénales ni administratives contre ces fonctionnaires véreux. D'ailleurs pourquoi un PV parental des parents qui ont reconnu leurs enfants dans des registres de Naissances ? Le régime de Ould Abdel Aziz pense t-il que tous les Mauritaniens sont des enfants illégaux, précisément (batards ) ? Qu'est ce qui se passe dans la tête de ces fonctionnaires ?

Diko Hanoune

Mauritanie: Les coulisses du procès en diffamation qui opposait Diagana, Jeilany et Diko.

D’abord, je tiens à rappeler aux deux messieurs: Diagana Abdoulaye et Mohamed Abba Ould Sidi Jeilany, lors du procès qu’ils avaient engagés contre Diko, il n’y avait pas que le témoignage de Biram Dah Abeid à ma faveur. Il faut réconnaître qu'ils ont euleur salut qu’à travers l’interview de Biram Dah Abeid parue le 15 Juin 2017sur le site lautenthic-info.Ils l’ont durement négocié, démarché plusieurs mois, ils l’ont versé dans leur dossier lors de la première audience en mon absence le 22 juin 2017 et également celle du 22 février 2018. Voici le lien: http://lauthentic.info/Politique/article/Birame-Dah-Abeid-Nous-continuerons-a-attaquer-ces-codes-negriers-de-la-fausse

Pourquoi vous n’en parlez pas dans vos sorties mediatiques? Elle vous gêne seulement maintenant où aujourd’hui? Pourquoi, vous minimisez la portée de cette interview qui est à l’origine de votre triomphe dans la réalité en s’agrippant seulement sur le témoignage de Biram Dah Abeid en faveur Diko Hanoune? Vous étiez loin d’être à l’aise lors du jugement et je comprends votre soulagement de justesse.

Quoi qu'ils puissent dire où me reprocher, Jeilany et Diagana seront désormais mes témoins clés jusqu'à devant le créateur, tout ce que, disent certains Mauritaniens sur ma personne, ma famille est faux. Je n'ai jamais eu un casier judiciaire ni en Mauritanie, ni en France, je ne vis pas de l'assistance sociale en Europe, je travaille et vis sur la sueur de mon front depuis 20 ans, même si je gagne peu, ma dignité me suffit comme bon salaire et ce n'est pas une amande en diffamation qui va figurer dans mon casier judiciaire ni m'envoyer en prison comme vous avez laissé entendre à mes amis et parents pour faire peur.

L'histoire retiendra, il est plus facile pour un Diagana Kaédien «aristocrate» opposant, c'est lui qui l’a dit devant le jury, associé avec un fonctionnaire maure, de traîner Diko devant un tribunal qu'à chercher les coupables de crimes de sang soient jugés par les mêmes tribunaux en France. M. Diagana a dit lors de son plaidoyer, il a reçu le témoignage de l'un mes «acolytes» aux USA pour renforcer son dossier pour que Dicko soit condamné pendant qu'ils nous crient à tort et travers que les veuves et orphelins sont laissés à leur triste sort. Cette condamnation m'immunise sincèrement, ils ne pourront jamais s'approcher de mon cercle car le «fou connaît l'endroit d'un chien méchant» selon l'adage soninké.

Je vous remercie de nous avoir ouvert le chemin vers Rome car tout le monde sait, les abolitionnistes sont les plus diffamés par cette soi-disant élite, nous ne subirons plus les attaques, assauts de pseudonymes Mohamed Ould Boilil, Oumar Ould Bilal et j'en passe dans kassataya sans riposte sèche par un procès. Curieusement les deux pseudonymes ont disparu lorsque j'ai publié certaines informations, cela me console assez, Dieu merci. Sachez une chose je ne suis pas de nature à courber l'échine devant quiconque, cette dette n'est qu'une partie remise qui sera honorée un jour.

Lire la suite...

CIRCULAIRE ADRESSEE A Mme CHRISTINE LAGARDE, DIRECTRICE DU FMI

CIRCULAIRE ADRESSEE A Mme CHRISTINE LAGARDE, DIRECTRICE DU FMI, SIGNEE PAR 6 MEMBRES (LES PLUS INFLUENTS) DU CONGRES AMERICAINS POUR DEMANDER L’ANNULATION DE LA DETTE ACCORDEE PAR LE FMI A LA MAURITANIE, – ORIGINAL EN PIECE JOINTE

Document traduit de l'original par Thomas Mag

LE CONGRES AMERICAIN WASHINGTON, DC 20515

Le 05 Mars 2018

Christine Lagarde Directrice Générale Fonds Monétaire International 700 19th Street, NW Washington, DC 20431

Chère Directrice Générale Lagarde,

Par la présente, nous venons vous exprimer notre préoccupation face à l'approbation récente par le FMI d'un crédit de 163,9 millions de dollars accordé à la République Islamique de Mauritanie. Suite à votre rencontre avec Abdel Aziz Ould Dahi et El Moctar Ould Djay, vous avez tweeté: "le FMI est disposé à continuer son aide quant à l’amélioration des conditions de vie des populations Mauritaniennes".

Compte tenu de la corruption endémique et du bilan odieux en matière des droits humains en Mauritanie, nous craignons que cet accord ne puisse pas contribuer à améliorer le niveau de vie des Mauritaniens et ne profite qu'aux intérêts du président à vie, Mohamed Ould Abdel Aziz, et de son régime sans scrupule.

Un rapport publié en 2017 par SHERPA, un groupe français de surveillance anti-corruption, a déclaré que «la Mauritanie est actuellement l'un des pays les plus corrompus au monde» et selon Transparency International, elle est classée 142ème sur 176 pays. SHERPA rapporte que «des contrats truqués prolifèrent et avec eux, les pots-de-vin, la corruption et l'évaporation des ressources érodent toute perspective réelle de développement social et d'amélioration du climat des affaires ». A peine un cas de prêt financier massif.

Les conditions des droits de l'homme sous le régime actuel sont également préoccupantes. La Mauritanie a été le dernier pays à bannir l'esclavage et c’est seulement en 2017 que la pratique a été criminalisée. Malheureusement, le fléau de l'esclavage se développe aujourd'hui. La Central Intelligence Agency estime à 20% la population mauritanienne réduite en esclavage, le taux le plus élevé au monde». Dans son rapport de 2017 sur la traite des personnes, le département d'État Américain a constaté «un manque fondamental d'engagement accompagné d’efforts sérieux et soutenus pour combattre l'esclavage héréditaire». Malgré ces rapports et d'innombrables autres, le régime du président Aziz continue d'ignorer son existence même.

Lire la suite...

Communiqué de presse:Le combat de Biram Dah Abeid inspire l’artiste peintre néerlandaise Ruth Bebschop

مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

IRA – Mauritanie

Communiqué de presse

Le combat de Biram Dah Abeid inspire l’artiste peintre néerlandaise Ruth Bebschop

L'artiste peintre néerlandaise Ruth Bebschop, qui a lu un article sur le combat de Biram Dah Abeid, président d'IRA-Mauritanie, dans le journal de Amnesty International Pays-Bas, déclare avoir été vivement inspirée par la trajectoire militante du leader abolitionniste mauritanien. Cette inspiration a poussé madame Bebschop à user de son art de peintre, pour dessiner plusieurs portraits de l'activiste mauritanien, récipiendaire de plusieurs distinctions internationales dont le prix des Nations-Unies pour la cause des droits de l'Homme en 2013. Ruth Bebschop a remis des exemplaires de son œuvre à Biram Dah Abeid, au cours d'une rencontre à l'hôtel Marriot dans le cœur de la ville de Rotterdam, le 14 avril 2018.

Lire la suite...

L'écrivaine Italo-Gréco-Arménienne Maria TATSOS, publie son ouvrage sur la vie militante de Biram Dah Abeid.

Au cours d'une cérémonie solennelle, dans la capitale italienne, Rome, le public est convié le 9 mai 2018 à assister au lancement de la distribution de l'ouvrage que Maria TATSOS a consacré à la pensée, l'action et les méthodes militantes du leader abolitionniste mauritanien. Le livre vient de paraître en Italien, l'ouvrage représente la moisson de deux années de recherches sur la trajectoire de lutte du président des réseaux IRA-MAURITANIE dans le monde .Le livre est préfacé par Riccardo Noury, porte parole Amnesty international Italie, soutien et ami de Biram Dah Abeid depuis en 2009 et la contribution en poste-face de Guiseppe Maimoine, chercheur et professeur d'université, spécialisé dans l'esclavage, intervieweur de BDA et analyste de l'impact IRA sur la société mauritanienne, depuis plusieurs années.

Ikaros B2712NUDE Sandales Femme UyB7dOk

Flash INFO ARMEPES-FRANCE: Rencontres à Nouakchott.

Le chargé des relations extérieures ARMEPES-FRANCE, KENOUTE Moro a effectué quelques visites de courtoisie auprès de 2 responsables d’organisations pour la défense des droits humains . Ainsi il s’est entrenu avec le doyen et président de SOS-ESCLAVES, Boubacar Ould Messaoud. Il a été accueilli également par le grand-frère Mohamed Mbareck le président de l’organisme contre les discours extrémistes.

Lors de ces rencontres chaleureuses et fructueuses, notre chargé des relations extérieures dépêché à l’intérieur depuis quelques semaines, a explicité davantage en quoi consiste l’esclavagisme qui sévit dans les communautés noires en particulier chez les soninkés.

L’accent a été mis sur la banalisation du discours extrémiste, provocateur et apologiste de l’esclavage venant des milieux féodaux et leurs obligés courtisans via différents réseaux sociaux. Les réalités agressives de l’ordre féodal dans les affaires publiques dans nos contrées villageoises ont été abordées largement. Des conseils ont été donnés par ces 2 personnalités de la société civile en Mauritanie. Nous réitèrons nos vifs remerciements pour ces accueils instructifs et porteurs d’espoir pour la difficile lutte contre l’esclavage et ses séquelles dans notre pays.

La CECOM ARMEPES-France/GANBANAAXU FEDDE.

Lire la suite...

Mauritanie:L'esclavage et les discriminations sévissent toujours en Mauritanie ! L’heure est grave.

Il existe de nos jours en Mauritanie, des êtres humains qui appartiennent à d'autres êtres humains. Ils peuvent les vendre, les donner, les échanger, les louer et j'en passe comme des objets ou comme des animaux. La pratique est bien sur illégale et même sévèrement réprimée par les lois du pays. Malheureusement, ces lois en questions n'ont jamais été appliquées par les autorités qui les ont , elles mêmes mises en place pour dit on éradiquer l'esclavage, un phénomène qui porte gravement atteinte à la dignité humaine et au développement du pays.

Partout, surtout à la veille des élections, des fêtes et des rencontres nationales ou internationales, on nous chante la promotion de l'unité nationale, alors que la société mauritanienne reste encore divisée en castes, en régions, en ethnies, en nobles et en esclaves sans que ces connotations sources de division et de discriminations ne soient radicalement combattues efficacement par le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz. Les Beydanes ou Maures blancs, ont dans leurs mains les reines du pouvoir et exercent leur suprématie dans tous les secteurs de la vie économique,

Lire la suite...

Mauritanie : Plainte contre le ministre de l’environnement et du développement durable pour apologie de l’esclavage.

L’ONG (Initiative d’Opposition contre les Discours Extrémistes et la Lutte contre l’Esclavage et le Terrorisme) dépose plainte contre M. Amédi Camara, ministre de l’environnement dans le gouvernement du premier ministre Yahya Ould Hadémine au parquet de Nouakchott. Le ministre avait participé à une cérémonie où des esclaves lui sont présentés comme faisant parti intégralement de la culture et traditions Soninké. Cette plainte tombe à la veille de la 62ème Session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples qui se tiendra à Nouakchott (Mauritanie) du 25 avril au 09 mai 2018.

C’était tellement étonnant qu’un ministre prend autant de risques à sa charge, plusieurs personnes, pendant plusieurs jours, rien que pour proférer des chants et éloges esclavagistes, qui encouragent l’enracinement

Xti Chaussures de ville à lacets pour femme Q5eheQS

L'édito : Le lada soninké, ce système féodal de plus en plus agressif qui défie LA LOI Mauritanienne dans nos localités rurales !

Les communautaristes soninké le reconnaissent avec zèle à qui veut l'entendre, le soninkaxu (le Vivre soninké) ce sont les ladani. Cet ensemble de coutumes primitives et foncièrement ségrégationnistes est servi au monde extérieur comme «une culture de solidarité et de fraternité» en toute discrétion. D’une certaine suffisance puérile et inconsciente, d'aucuns diront que les soninkés sont enviés par d'autres communautés pour ce qu'ils sont ou ce qu'ils ont. L'ordre féodal soninké qui se structure autour des ladani est un régime esclavagiste dans l'esprit et très frustré face aux réalités d'aujourd'hui. Un esprit féodal soninké, qu'il soit doctorant en x ou y , fonctionnaire d'état ou qu'il soit cultivateur austère , est un potentiel pourfendeur de lois nationales dans nos localités rurales. Au sein de la société féodale soninké, seuls les intérêts matériels et immatériels de l'ordre dominant comptent véritablement.

Lire la suite...

Mauritanie : Condamnation de Tapa COULIBALY pour apologie de l’esclavage.

Sur plainte de l’ONG (Initiative d’Opposition contre les Discours Extrémistes, Lutte contre l’Esclavage et le Terrorisme), présidée par Mohamed Ould M’Bareck, le tribunal d’Arafat chargé la répression des crimes et délits liés à l’esclavage et ses séquelles vient de condamner le 23 Avril 2018, M. Tapa Coulibaly, (1) un an de la prison ferme, 250 milles ouguiyas d’amende, 200 milles ouguiyas de dommages et intérêts à verser aux ressortissants du village Oulouboni. Le procureur avait requis 2 ans fermes.

Article 17 : «L’auteur de production culturelle ou artistique faisant l’apologie de l’esclavage est puni d’un emprisonnement de six mois à deux ans et d’une amende de deux cent milles (200.000) à deux millions (2.000.000) d’ouguiyas. La production est confisquée et détruite. L’amende est portée à cinq millions (5.000.000) d’ouguiyas si la production est réalisée ou diffusée par une personne morale.»

Derbys Couleur Noir Marque Armani Jeans mod¨le Derbys Armani Jeans 925074 Noir Marque Armani Jeans tRF59

Communiqué de presse: l’apologie, force à la Loi contre l’esclavage et ses séquelles en Mauritanie.

Par un verdict de première instance devant le tribunal (spécialisé sur les cas d’esclavage) d’Arafat à Nouakchott, monsieur Tapa Coulibaly a été condamné à 1 an d’emprisonnement ferme et une amende salée d’environ 460 milles ouguiyas. Lancé dans une campagne injurieuse et incendiaire faisant l’apologie de l’esclavage et ses séquelles sur les réseaux sociaux (au sein d’un groupe des féodaux réactionnaires soninkés appelé abusivement democratia islamique), cet individu a été rattrapé par son comportement provocateur répétitif

ce lundi 23 Avril 2018 à la suite d’une plainte introduite par les milieux abolitionnistes notamment l’ONG contre les discours extrémistes depuis quelques temps.

Pour rappel, depuis plusieurs mois par nos différents communiqués, nous avions alerté les autorités mauritaniennes sur les discours apologistes récurrents de l’esclavagisme statutaire en milieux soninkés. Longtemps entouré et protégé par des féodaux extrémistes qui défient les dispositions de la Loi antiesclavagiste (Loi 2015-031 , article 19) en vigueur en Mauritanie, il se croyait inatteignable.

Lire la suite...

DECLARATION Le BASEP empêche des militants d’accéder à la 62ème Session de la Commission Africaine des Droits humains et des Peuples à Nouakchott (Mauritanie)

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

(IRA-Mauritanie)

DECLARATION

Le BASEP empêche des militants d’accéder à la 62 ème Session de la Commission Africaine des Droits humains et des Peuples à Nouakchott (Mauritanie)

Ce mercredi 25 avril 2018 s’est ouverte à Nouakchott (Mauritanie) la 62 ème Session de la Commission Africaine des Droits humains et des Peuples au Palais des congrès où l’accès est contrôlé par le BASEP (Bataillon de la Sécurité Présidentielle) depuis le coup d’Etat militaire de 2008 conduit par le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, encore au pouvoir à Nouakchott.

A la grande surprise, les dirigeants d’IRA – Mauritanie Balla Touré et Dah Boushab, bien munis de cartes d’invitation remises par la commission d’organisation de la session, ont été interdits d’accès au Palais des congrès par des éléments du BASEP. Cela a été le cas de madame Aminetou Mint El Mokhtar, présidente de l’Association mauritanienne des Femmes Chefs de Familles (AFCF), mais aussi de l’ex Colonel Oumar Ould Beibacar.

Lire la suite...

MAURITANIE : A QUOI SERVAIT-IL DE BRULER LES LIVRES DE L’INFAMIE ?

MAURITANIE : A QUOI SERVAIT-IL DE BRULER LES LIVRES DE L’INFAMIE ?

Piqûre de rappel aux oublieux

Le 27 Avril 2012, moi-même Biram Dah Abeid et quelques rares compagnons de lutte exécutions, à Nouakchott, l’incinération publique d’opuscules dits de « droit musulman » qui légitiment et organisent dans le détail, les règles d’usage de l’institution esclavagiste. Grâce à la solennité symbolique de la transgression, l’acte, consubstantiel de l’engagement à défendre la dignité des gens, voulait lever le tort, multiséculaire, aux multitudes des descendants de forçats.

L’enjeu

Cette littérature, à la fois empreinte de piété sélective et de racisme, explique au fil des siècles, comment jouir du travail d’un humain hérité ou acheté, le transmettre par succession, le vendre et abuser sexuellement de femmes acquises sous un tel statut. Les manuels, transmis d’une génération de bourreaux à la suivante, façonnent, encore, la formation juridique de magistrats, d’auxiliaires de justice, de gendarmes, de policiers et de fonctionnaires de l’administration territoriale. Le corpus ainsi dupliqué à l’infini cimente l’idéologie de la supériorité ethnique, derrière le bouclier de la référence sacrée à l’Islam. En 2018, l’Etat mauritanien autorise et subventionne la promotion de cette prose du mépris, pendant les cycles de formation de certaines catégories de ses agents. Les établissements d’éducation à vocation confessionnelle continuent à endoctriner des milliers de jeunes à l’inégalité par ascendance, violant alors l’esprit et la lettre du Coran.

Lire la suite...

Commémoration de l'abolition de l'esclavage le 10 mai 2018

Cérémonie officielle

Jeudi 10 mai, à 11h 30

Fontenay sous-bois, parc de l’hôtel de ville

Comme chaque année depuis 2007, la municipalité de Fontenay sous-bois invite les citoyens à un temps de recueillement dans le bas du parc Hôtel de Ville, près de la sculpture «Héloïse ou… la fille des Trois-Rivières». Rassemblement accompagné de musique traditionnelle et suivie d’un buffet créole.

Loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité

Article 1 :

La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.

Artiste et citoyen contre l’esclavage

Dimanche 13 mai à 12h

Lire la suite...

Les violations de droits humains et des libertés ont atteint des proportions inquiétantes en Mauritanie (OCVIDH)

Ce Dimanche 29 Avril 2018 à 14h a eu lieu dans les locaux de la Bourse du travail de Massy , l’assemblée générale ordinaire de l’OCVIDH malgré les grèves de train de la région parisienne ou les moyens de transports étaient quasiment difficiles ou dérisoires, la réunion s’est tenue avec des propositions fortes dans un contexte où les conditions de vie et les violations de droits humains et des libertés ont atteint des proportions inquiétantes en Mauritanie .L’assemblée générale a constaté avec gravité les différentes arrestations arbitraires des militants de droits de l’homme, des journalistes, d’éminents membres de la société civile, des politiques avec une instrumentalisation dangereuse de la justice à de fin de règlement de compte politique ou ethnique.Au-delà de la grande souffrance des populations avec la flambée des prix de première nécessité, du chômage des jeunes, gangrené par le clientélisme du pouvoir en place, du délabrement du système éducatif et du favoritisme dans les recrutements au sein de l’administration et des forces de sécurité du pays on constate avec désarroi l’insouciance de l’état face à une sècheresse qui affame et décime à petit feu les populations et le cheptel d’une population à majorité agropastorale pendant que la gabegie et la dilapidation de nos maigres ressources financières s’accentuent inexorablement.

Lire la suite...

Réunion du comité des Nations-Unies pour l'élimination de toutes formes de discrimination (Cerd) à Genève

مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

IRA – Mauritanie

Réunion du comité des Nations-Unies pour l'élimination de toutes formes de discrimination (Cerd) à Genève

La délégation du gouvernement mauritanien en difficultés.

La délégation du gouvernement mauritanien, partie présenter son rapport au comité des experts, a demandé un délai de douze heures de temps pour pouvoir répondre aux questions pertinentes, mais très gênantes pour le gouvernement mauritaniens. Les experts, dotés de solides rapports émanant des Ongs mauritaniennes et internationales, comme IRA – Mauritanie et Amnesty International, ont posé des questions au ministre des droits de l'Homme mauritanien, Cheikh Tourad ould Abedel Maleck, sur l'esclavage, la discrimination contre les hratin, le racisme d'État contre les ethnies noireset les disparitions forcés qui ont touché les cadres civils et militaires noirs mauritaniens, mais aussi sur les lois controversées sur le racisme, l'apostasie, l'affaire Ould Mkhaitir, et récemment, la loi sur la nationalité, la loi sur l'enregistrement des ONG et partis politiques...etc.

Lire la suite...

La Mauritanie devant Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD)-Genève

Du 30 avril au 2 Mai 2018, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale(CERD) a examiné le rapport de la Mauritanie au Palais de Wilson à Genève. La journée du 30 avril était réservée spécifiquement à transmettre les questions, doléances et inquiétudes de la société civile aux autorités Mauritaniennes devant le comité. Le comité a vivement regretté l’absence d’un rapport présenté par la Mauritanie depuis (9) neuf ans. Ce qui laisse entendre, le pouvoir public Mauritanien accorde très peu d’intérêt aux victimes de toute forme de discrimination dans le pays depuis en 2008.

Le comité a remercié et félicite la Mauritanie par un langage diplomatique habituel d’avoir présenté un rapport en 2018, c’est le langage diplomatique que les chargés de missions ne comprennent pas en partant crier «victoire, on a été très bon» alors que c’est archifaux. Le rapporteur du comité n’a pas raté du tout l’état Mauritanien, d’ailleurs, ce qui avait poussé la délégation mauritanienne a demandé un temps supplémentaire pour répondre aux questionsen suspendant la séance du 1 mai au 2 mai 2018.

L’expert Marc Bossuyt, a recommandé l’officialisation des langues nationales (Poular, Soninké, Wolof) à la hauteur de l’arabe, car, la marginalisation des minorités par une langue est une discrimination. Le groupe Haratine est majoritaire dans le pays, mais, ils sont les grands discriminés en même temps. Le taux de l’esclavage en Mauritanie est le plus élevé au monde. Les pratiques de l’esclavage sont ancrées dans la tradition et culture des Mauritaniens, il y a des esclaves noirs chez les blancs comme il y a des esclaves noirs chez les noirs. 10 millions de dollars par an ne suffisent pas à l’agence Tadamoun pour répondre aux besoins des déportés de retour et les victimes de l’esclavage.

Lire la suite...

LES VEUVES MILITAIRES DE LA CAMME ACCABLENT LE POUVOIR MAURITANIEN A GENÈVE.

Du 1er mai au 02 mai 2018, la 95 ème session du comité sur la mise en œuvre de la convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale a tenu sa séance plénière à Genève au palais Wilson .La délégation Mauritanienne était conduite par Mr Cheikh Tourad Ould Abdel Malick accompagné par tous les laudateurs et associations cartables au secours du pouvoir agonisant du général Mohamed Ould Abdel Aziz. La coordination des anciens militaires Mauritaniens en exil (CAMME) avait envoyé deux veuves dont leurs maris restent dans la catégorie de disparition forcée, Il s’agit de Diariyata Toumbou et de Kadiata Sow , deux braves militantes de la CAMME qui ont, à travers leur présence physique ,démonté et mis à nue les mensonges, les caricatures et les contrevérités des autorités Mauritaniennes ,contraintes de demander au tout premier jour un délai maximum de 12 heures pour apporter des réponses aux questions et aux doléances combien de fois nombreuses et préoccupantes des discriminés Mauritaniens dans leur globalité. N’est-ce pas là une grande humiliation pour un état qui se respecte ?Une incapacité de donner des réponses immédiates, néanmoins pour se faire bonne conscience, la délégation Mauritanienne retient seulement la formule diplomatique de politesse et de remerciements des Nations unis, espérant gagner subtilement l’estime de l’établissement à Nouakchott. En réalité, il n’en était rien d’autre qu’une belle raclée des militants des droits de l’homme à Genève contre la Mauritanie, pour n’avoir pas fourni de rapport depuis 9 ans.

Wolky Confort Mary Janes 06551Abarth uake7Gh7E

COMMUNIQUE : L’Etat mauritanien au crible du CERD aux Nations unies à Genève

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

COMMUNIQUE

L’Etat mauritanien au crible du CERD aux Nations unies à Genève

Les 1 er et 2 mai, aux Nations unies à Genève, les experts du Comité pour l’Elimination de la Discrimination Raciale examinaient les mesures prises par le gouvernement mauritanien pour lutter contre le racisme et la discrimination, deux réalités bien ancrées dans la société mauritanienne. Lors de l’examen précédent, en 2004, le CERD avait déjà formulé toute une série de recommandations.

L’IRA (Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste) avait soumis au panel d’experts un rapport précis détaillant, notamment, la discrimination systématique contre les Haratine, le racisme d’Etat contre les ethnies noires, exclues des postes de pouvoir, les lois controversées sur la nationalité, l’accès à l’état civil pour les Noirs mauritaniens, à la propriété terrienne, à l’éducation, l’enregistrement des ONG et partis politiques qui traitent des questions d’ethnicité et de respect des droits humains et la justification de l’esclavage par des textes non conformes à l’islam.

Tods Mocassins pour femme 2WxoQB

ALERTE À DAFORT: TENTATIVES D'EXPROPRIATION D'HÉRITAGE À CARACTÈRE ESCLAVAGISTE

Depuis le 17 Avril 2018, plusieurs familles de notre communauté connues comme anti- esclavagistes et refusant le système humiliant de l'esclavagisme statutaire par le lada soninké, sont approchées par certains éléments issus de la féodalité villageoise. À ce jour 6 familles de la communauté GANBANAAXU DAFORT sont menacées de cette expropriation à caractère clairement esclavagiste.

Toutes ces familles font partie de celles qui se sont défaites du joug psychologique et social de l'esclavagisme statutaire soninké véhiculé par le système de ladalamaxu*. Comptant sur le régime coutumier et féodal sur le foncier, les féodaux aux mentalités esclavagistes veulent sévir contre des paisibles citoyens dans cette localité (Commune de Dafort) du Guidimagha faisant partie de l'arrondissement de Lahraj. Depuis plusieurs mois, les autorités régionales et nationales sont alertées sur les comportements agressifs incessants à l'endroit de la communauté citoyenne GANBANAAXU dans le corps social soninké du Guidimagha.

Encore une nouvelle, nous faisons appel aux autorités administratives, aux organismes nationaux de défense des droits humains (AMDH ET TADAMOUN), aux organisations indépendantes (SOS-ESCLAVES, AMEES, IRA-MAURITANIE, UVDS, ORGANISATION CONTRE LES DISCOURS EXTRÉMISTES, BIT ET D'AUTRES), sur ces tentatives d'expropriation foncière à caractère esclavagiste qui violent ouvertement la Loi mauritanienne en la matière et rentrent dans les dispositions pénales contenues dans la loi 2015-031 qui criminalise les pratiques esclavagistes en Mauritanie.

Lire la suite...

Rapport alernatif devant le Comité pour l'Elimination de la Discrimination Raciale (CERD) 95ème session (23 Avril – 11 Mai 2018) Genève

- I. Économie des arguments S’il existe un pays où la discrimination et le racisme sont les piliers du pouvoir, c’est bien la Mauritanie .La structure sociale du pays n’a pas évolué depuis des siècles et un système de caste des plus rigides régit toutes les relations entre les différents groupes constitutifs de la société instaurant de fait une discrimination.De facto et parfois de jure, leur permanence maintient un degré élevé d’iniquité, essentiellement sur une base raciale et/ou de naissance. Il en résulte l’accès inégal à une existence épanouie, donc de qualité notamment dans les domaines spécifiques de la santé, de l’alimentation, du niveau d’instruction et de la justice.De plus cette discrimination est couplée avec un racisme atavique de la minorité « blanche » (les Bidhanes) envers les « noirs » (Hratine et Afro-Mauritaniens). Mais à la différence de l’Apartheid, le développement des deux ensembles ne s’opère pas dans la séparation mais sur le même territoire, sans distinction d’espace, ce qui complique souvent l’analyse et l’interprétation des symptômes d’une domination insidieuse où la religiosité, la supériorité génétique et l’illusion d’être majoritaire confortent, parmi les anciens maîtres, le sentiment de leur droit et le devoir, pour eux, de résister à une contestation perçue comme injuste, malveillante et téléguidée depuis l’étranger.

Find Nice Bride Cheville Femme Argenté Silver 365 qqfNVgX6u

En images : présentation du livre écrit par l'écrivaine Italo-grecque Maria Tatsos sur Biram Dah Abeid

L'auteur de l'ouvrage est Maria Tatsos , est présente au siège de la Stampa Italiana , la maison d'édition qui abrite l'événement ainsi que les auteurs de la préface et de la postface de cet ouvrage sur la trajectoire de Biram Dah Abeid et de son organisation IRA-Mauritanie : le responsable de Amnesty-International Italie, Giusepe Maimoune , et un universitaire anthropologue, spécialiste de l'esclavage, et ayant travaillé sur la Mauritanie .La cérémonie ouverte par la vice-présidente de Stampa Italiana , et le modérateur, qui représente la maison d'édition Paoline , donne la parole au responsable d’Amnesty international. Ce dernier loue l'engagement de Biram Dah Abeid qu'il qualifie de défenseur de droits humains, incorruptible et plein d'abnégation, digne héritier de Nelson Mandela. Ricardo Noury met l'accent aussi sur la persistance de l'esclavage et la discrimination en Mauritanie et la nécessité de les éradiquer. Il fustige le fait que le gouvernement italien reçoit le ministre de la défense mauritanien, membre d'un gouvernement coupable de perpétuation de l'esclavage. Maria Tatsos , l'auteur, décrit Biram Dah Abeid comme un Ghandi Africain dont la force des idées, des mots et des actions ont bouleversé la société mauritanienne; les fortes secousses que Biram Dah Abeid et son organisation ont infligé à la société, ont permis aux hratin, et aux autres cadets sociaux, naguère résignés et effacés, de prendre la parole et l'initiative.

Ladola Dgug00325 Sandales Plateforme femme 8z6Sfa9L1t

Les Editeurs mauritaniens à la Conférence de l'IPA à Lagos [PhotoReportage]

Le Président de l'Union des Editeurs Mauritaniens et Directeur de la Librairie 15/21 M. Sellamy Ould Ahmed Mekki a reçu une invitation de Bedour Bint Sultane Qhassimi , Fondateur et Président de l’Union des Editeurs Emiratis, pour participer à la Conférence de l’Union Internationale des Editeurs (IPA) à Lagos en République Fédérale du Nigeria .Cette importante Conférence s’est tenue le mercredi 9 mai courant sous le thème "l’Édition au service du développement durable - le rôle des éditeurs dans l’avenir de l' Afrique ". La Mauritanie figurait bel et bien parmi les intervenants à ce conclave des Editeurs du monde, eu égard à la grande expérience du Président de l’Union des Editeurs Mauritaniens Ould Ahmed Mekki , dont les congressistes ont tenu à présenter sa contribution à cet événement ainsi qu’à leur faire bénéficier sa longue et riche carrière dans les questions liées à l’Edition.Il convient de rappeler que la Mauritanie est fortement présente, depuis ces dernières années, dans les expositions internationales et les salons mondiaux du livre et des éditeurs, grâce aux efforts considérables déployés par les éditeurs nationaux.

Des efforts qui ont permis d’ailleurs de restaurer la Mauritanie dans son image historique de pôle des connaissances, du Savoir, de la culture et des civilisations. Md Ould Md Lemine

Lire la suite...

Loi n° 2015-031 portant incrimination de l’esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE - Honneur-Fraternité-Justice

Présidence de la République

Visa: DGLTE/JO

Loi n° 2015-031 portant incrimination de l’esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes

L’Assemblée Nationale et le Sénat ont adopté;

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Chapitre préliminaire

Article premier: Fort des valeurs de l'islam et de leurs objectifs destinés à libérer l'homme et lui garantir sa dignité, et conformément aux principes constitutionnels et aux conventions internationales y afférentes et, en vue d'incarner la liberté de l'homme de sa naissance à sa mort, la présente loi a pour objet de définir, incriminer et réprimer les pratiques esclavagistes.

Article 2: L’esclavage constitue un crime contre l’humanité. Il est imprescriptible.

Lire la suite...

Observations finales du CERD sur la Mauritanie: Discrimination à l’égard des Haratines et des Négro-africains

Préoccupations et recommandations

Fourniture de données

  1. Le Comité regrette que l’Etat partie ne lui ait fourni que des données très limitées et non ventilées selon l’origine ethnique ou nationale, la couleur ou l’ascendance, qui ne reflètent que de manière insuffisante la composition ethnique de la population, et ne permettent pas d’évaluer dans quelle mesure les différents groupes de la population vivant sur son territoire, jouissent de leurs droits au titre de la Convention, en particulier de leurs droits économiques, sociaux et culturels.
  2. Le Comité recommande à l’Etat partie de lui fournir des données statistiques complètes, fiables et récentes sur les différents groupes qui composent sa population ainsi que des indicateurs socio-économiques issus d’enquêtes ou d’études et ventilés selon l’origine ethnique ou nationale, la couleur ou l’ascendance, afin de permettre au Comité de mieux évaluer comment ces groupes, y compris les non-ressortissants, jouissent de leurs droits au titre de la Convention, en particulier leurs droits économiques, sociaux et culturels.
Lire la suite...

La Mauritanie en 2019 : diagnostic et prescription de Biram Dah Abeid

La Mauritanie en 2019: diagnostic et prescription

Introduction de Biram Dah Abeid

Paris, le 12 mai 2018

Certains d’entre vous s’attendent sans doute à m’entendre tenir un discours enflammé sur l’esclavage et le racisme; qu’ils me permettent, cette fois-ci, de les prendre de court. Non pas que je renie les thématiques maitresses de notre lutte mais parce qu’il importe, aujourd’hui, d’élargir la vision et la réflexion, pour mieux cerner les enjeux du risque, désormais réel, de voir notre Mauritanie disparaître, à force de s’être fourvoyée, oubliée, avilie dans la résignation au fait accompli.

Si nous croyons aux principes d’équité que nous agitons et ruminons depuis des années, le temps n’est-il pas venu de les inscrire dans le champ du réel? C’est à cet exercice, sans complaisance ni excès, que je vous convie, chers amis de la diaspora et compagnons de route!

Notre attachement à la démocratie ne vaut le slogan ni la salive tant que nous n’aurions décidé et agi en vue de faire coïncider, ici et maintenant, l'égalité de naissance et la justice citoyenne. Ainsi, le pluralisme et la régulation pacifique des conflits prennent sens; une société qui ignore les règles aussi élémentaires du vivre-ensemble sombre dans la violence, tôt ou tard. Or, la démocratie présuppose l’effacement des discriminations, la pénalisation de l’esclavage et de l’exclusion de caste, l’abolition du népotisme et des arrangements tribaux.

Lire la suite...

Déclaration : Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie ( CLTM)

CLTM-Mauritanie - La CLTM ( Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie ) constate avec beaucoup de regrets et d’amertume, le refus du Gouvernement d’ouvrir un dialogue franc et sincère avec le corps médical gréviste qui ne réclame que l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.Les mauritaniens sont très inquiets de la persistance du conflit pour un secteur aussi vital notamment la Santé sans laquelle rien n’est possible et de rappeler que dans de pareilles circonstances des négociations doivent s’ouvrir pour éviter le pourrissement de la situation dont seule la population sera victime.Ce mépris manifeste et nocif à la paix sociale n’est pas de nature à instaurer un climat serein dont les mauritaniens aspirent malgré qu’ils souffrent de la pauvreté accentuée par la hausse vertigineuse des denrées de premières nécessités alors que les salaires stagnent.La CLTM invite le Gouvernement à assumer ses responsabilités de Garant, Protecteur et arbitre et d’examiner avec la plus grande attention la plate forme revendicative afin de trouver une solution consensuelle dans l’intérêt des deux parties et de la population qui sera, naturellement très affectée si la situation perdure.La CLTM en tant qu’Organisation avant-gardiste dénonce le manque d’esprit d’ouverture du Gouvernement d’un mouvement aussi important et ses tentatives de diviser les travailleurs par des intimidations et manipulations de toutes sortes tendant à briser la grève par tous les moyens et même illégaux.

Lire la suite...

COMMUNIQUE : La Mauritanie ne respecte pas la Convention internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

COMMUNIQUE

La Mauritanie ne respecte pas la Convention internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

C’est le verdict sans concession des experts du CERD aux Nations unies à Genève

Les revendications de l’IRA sont prises en compte.

Ces 9 et 10 mai, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) a adopté ses observations finales suite à l’examen du rapport périodique soumis par la Mauritanie et aux rapports alternatifs sur la question soumis par IRA Mauritanie et des ONG de défense des droits humains.

Lire la suite...

Répression de l'expression et du militantisme pacifique: Une dirigeante d'IRA-Mauritanie arrêtée.

Répression de l'expression et du militantisme pacifique:

Une dirigeante d'IRA-Mauritanie arrêtée.

Le 17 mai 2018 huit (8) voitures de police, investissent la maison de Mariem Cheikh, membre du conseil exécutif d'IRA-Mauritanie, plusieurs fois arrêtée, torturée, jugée et condamnée, Mariem Cheikh, s'est exprimée il y a quelques jours dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux et dans laquelle elle dénonce la talibanisation rampante de la Mauritanie.

Lire la suite...

Alerte-Mauritanie : Une énième arrestation arbitraire de Mariem Mint Cheikh.

Mariem Mint Cheikh, une fervente militante IRA-MAURITANIE vient d'être arrêtée le 17 mai 2018 dans la journée. Elle est détenue illégalement au commissariat 3 dans le quartier de Riyad. Son arrestation est liée vraisemblablement aux partages nombreux d'une séquence vidéo dans les réseaux sociaux datant de 2016. Cette vidéo n'ajamais attiré l'attention de nos éclaireurs faux généraux spécialistes de ragots dans des salons feutrés, montage du faux et usage de faux pour emprisonner de citoyens paisibles. Pendant qu'ils nous chantent combattre le terrorisme et l'extrémisme religieux,

ils adoptent, régissent des nouvelles lois extrémistes pour exécuter des citoyens au nom «d'atteinte à l'islam ou à l’image du prophète» accompagné de you-yous terroristes. Des généraux qui excitent, incitent, organisent des islamistes qui ont pignon dans les mosquées à réclamer publiquement que de citoyens soient exécutés.

Lire la suite...

Maltraitance et persistance de l’esclavage en milieu soninké.......

Maltraitance et persistance de l’esclavage en milieu soninké..... Le procureur de Nioro du Sahel requiert une peine d’emprisonnement et 100.000FCFA d’amende contre un maître de 35 ans qui a fouetté son esclave de 67 ans.

L’esclavage a atteint son paroxysme à Diadjoumé, village situé dans la commune rurale de Gogui, cercle de Nioro du Sahel. A Diadjoumé comme toutes les localités soninkés, la discrimination ethnique, l’esclavage sont des pratiques courantes en ce 21 ème siècle. Or, l’esclavage sous toutes ses formes a été aboli. Au village de Diadjoumé, population essentiellement composée de Soninkés, les hommes de caste, autrement dit les captifs, souffrent à cause de leur rang social. Ils n’ont droit à rien. Pire encore, leurs droits sont bafoués à cause de leur classe sociale. A titre d’illustration, pendant l’hivernage, les captifs travaillent les samedis pour leurs maîtres à défaut, ils versent 1000 FCFA comme sanction; le délai de viduité pour une épouse de captif est différent de celui de l’épouse des maîtres. Pour l’épouse des captifs, la durée est de 2 mois et 5 jours tandis que l’épouse des maîtres autrement dit les nobles est de 4 mois 10 jours comme le prescrit le code des personnes et de la famille du Mali. Ce code ne fait pas de discrimination de race, d’ethnie, ni de classe. Le délai de viduité est de 4 mois 10 jours, valable pour tous les Maliens.

Pire encore, les captifs a beau étudier, faire des écoles coraniques, ils ne deviennent jamais imams de mosquées. A présent, les souffrances continuent, même pendant les fêtes, ce sont les captifs qui font office de bouchers. Ils abattent les animaux de leurs maîtres pendant le ramadan et la tabaski et ils passent tous leur temps chez- leurs maîtres pendant que leurs femmes s’occupent du ménage des épouses de maîtres.

Lire la suite...

Mauritanie : Une lanceuse d’alerte arrêtée pour avoir dénoncé de présumées accointances entre le gouvernement et les groupes jihadistes

مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

IRA – Mauritanie

Mauritanie: Une lanceuse d’alerte arrêtée pour avoir dénoncé de présumées accointances entre le gouvernement et les groupes jihadistes

Note d’alerte

  1. Le 17 mai 2018, à Nouakchott, huit véhicules de la police investissent la maison de Mariem Cheikh, membre du Conseil exécutif de l’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA) ,plusieurs fois arrêtée, torturée, jugée et condamnée, à cause de son engagement pour l’égalité des droits civils, politiques et la fin des discriminations de race. Lire la suite...

    Déportés négro-mauritaniens: «Nous sommes les Palestiniens de l’Afrique»

    Des réfugiés négro-mauritaniens observent une grève de la faim le 19 juin 2012 à Dakar, au Sénégal, pour dénoncer leur situation insupportable.© Photo/C.O.R.M/SénégalC’est une tragédie dont on parle peu. Celle des déportés négro-mauritaniens chassés de leurs terres il y a bientôt 30 ans. Ils sont des milliers au Sénégal à rêver d’un retour au pays natal. Aldiouma Cissoko est de ceux-là. Depuis son exil sénégalais, il dénonce le sort réservé à ses compatriotes qu’il considère comme «les Palestiniens de l’Afrique de l’Ouest». Il s'est confié à Géopolis.Aldiouma Cissokho ne décolère pas. C’est le coordinateur des organisations des réfugiés mauritaniens au Sénégal. Après des décennies d’errance, des milliers de ses compatriotes accueillis au Sénégal dans les années 90 ont cessé d’exister légalement, soupire-t-il.«Depuis 2016, le gouvernement sénégalais n’a pas voulu renouveler nos documents d’identité. Nous sommes devenus des réfugiés-apatrides. Quand on devient apatride, qu’est qu’on peut donner à son enfant? Quelle promesse peut-on lui faire? Le Sénégal n’accepte pas non plus de nous aider à nous installer dans un autre pays», confie-t-il à Géopolis.«Ils sont cloîtrés dans des ghettos»Un accord tripartite sur le rapatriement volontaire et la réintégration des réfugiés mauritaniens conclu entre le Sénégal, la Mauritanie et le HCR était censé mettre fin à leur cauchemar. Quelque 60.000 Mauritaniens avaient été déportés vers le Sénégal et le Mali à la suite d’un conflit frontalier qui a dégénéré en violences interethniques sanglantes.

    Lire la suite...

    L’éditorial-Mauritanie: A la communauté Soninké

    Mon propos à l’égard de la communauté soninké, la communauté à laquelle j’appartiens, est pour moi un moment fort et loin de moi l’idée d’avoir le monopole de la vérité ou et la prétention de donneur de leçons… Depuis quelque temps, je fais face, impuissamment, à un lynchage intracommunautaire impropre, non fécond et perfide. Un débat de caniveau entre les tenants du statu quo lié aux tares sociales qui rabaissent, et aux abolitionnistes et autres progressistes qui soutiennent le combat pour la fin de ces tares sociales de connotation esclavagiste.

    Les victimes de ces tares, dans un élan de prise de conscience, de sensibilisation et d’émancipation, sont confrontées à une situation sclérosée et archaïque de la donne sociale existante et entretenue par la communauté. Le verbe de ce débat indispensable pour requinquer la société soninké est parfois accusateur, voire irrévérencieux qu’éducateur.

    Cette situation de statu quoi est entretenue par des apologistes de l’inégalité des hommes, qui s’invitent dans le débat en aliénant et plongeant l’espoir d’une évolution sociale saine dans une nation où l’égalité des citoyens, en droits et en devoirs, est pourtant consacrée par la Constitution de la Mauritanie et les conventions internationales qu’elle a signées ou ratifiées. Hélas, les apologistes ont conduit la communauté dans une honteuse impasse. On assiste à une confrontation de tout ordre dans l’obscurantisme le plus étrange… Très chère communauté, on ne s’y est pas trompé quand on écrivait qu’en Mauritanie on n’est pas encore dans un Etat.

    Lire la suite...

    Diko Hanoune Secrétaire général de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)

    Fontenay sous-bois le 13 Mai 2018, au parc de l’hôtel de ville sur l’invitation de l’association (Un Passé Trop Présent), l’intervention Diko Hanoune secrétaire général de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E) devant l’auditoire. Comme chaque année depuis en 2007, la municipalité de Fontenay sous-bois invite les citoyens à un temps de recueillement dans le bas du parc Hôtel de Ville, près de la sculpture «Héloïse ou la fille des Trois-Rivières». Rassemblement accompagné de musique traditionnelle et suivie d’un buffet créole. Loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité.

    Article 1 : La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.

    «Nous luttons contre l’esclavage, particulièrement l’esclavage arabo-berbère en Mauritanie. L’esclavage pour certains, est un phénomène ou quelque chose dépassée, mais en réalité, au jour, d’aujourd’hui, là où nous parlons, dans cette ex-colonie Française qu’on appelle la Mauritanie, plus de 50% de la population vit dans l’esclavage. Quand on dit esclavage, ce n’est pas un fait historique,

    mais nous vivons cette réalité. L’esclavage est devenu un phénomène qu’on peut qualifier, aujourd’hui de culturelle, quelque chose de naturelle, quelque chose qui ne devrait pas être combattue, quelque chose qu’on a sacralisé. Quand on combattu l’esclavage en Mauritanie, on est souvent considéré comme quelqu’un

    Lire la suite...

    Un bref témoignage sur Seydi Moussa Camara/ Kundou Soumaré

    Par crainte intime de "souiller" sa réputation légendaire datant de nombreuses années pour la défense des CAUSES JUSTES, j'ai toujours hésité de clamer et de proclamer publiquement les caractères sublimes et avant-gardistes de ce grand-frère. J'ai nommé Seydi Moussa Camara, la plume noble de la Nouvelle Expression qui osa parler publiquement en certain 30 mars 2013 à Massy, de ses rapports pleins de pédagogie et d'éveil avec certaines personnes qui s'assignent "esclaves statutaires" de sa famille.

    Pourtant l'égo tentant, il pouvait faire comme beaucoup, geler sa conscience par le système gymnastique de l'intellect en composant avec cette anomalie coutumière par laquelle un Être humain se plaît d'être esclave d'autrui par conditionnement social d'esprit . Issu de la même contrée villageoise que lui DAFORT dans le Guidimagha Mauritanien, je peux témoigner et TOUS les connaisseurs des réalités historiques le reconnaîtront en toute sincérité, que si cette localité devenait une principauté féodale aujourd'hui avec un trône par filiation familiale restreinte, il serait l'un des prétendants légitimes avec des arguments solides à faire valoir.

    Mais l'homme à la plume engagée et éprise de d'empathie pour ceux et celles qui ont été blessés et atteints dans leur DIGNITÉ HUMAINE dans un passé non enviable, ne s'est pas figé dans un monde imaginaire où des cadavres se raillent entre eux d'être cadavres. Le responsable du journal la Nouvelle Expression, peut être une source idéale d'inspiration progressiste pour beaucoup d'entre

    Lire la suite...

    Ne les oublions pas : Md Lemine Ould Md Lemine dit Monsieur

    Ne les oublions pas : Md Lemine Ould Md Lemine dit Monsieur

    Mohamed Lemine Ould Mohamed Lemine, né en 1936, quelque part, dans les environs d’Aleg, est Instituteur de profession, depuis les années de l’indépendance (1957 – 1987). Il a été Aoujeft pour ouvrir la première école moderne de ce hameau dont il devient par la suite le premier Directeur de cet établissement scolaire, qui a formé les premières élites d’Aoujeft.

    Il deviendra progressivement, à la faveur de son intégration, de son ouverture, de son hospitalité et de son engagement, un habitant de premier plan de cette bourgade, aux côtés de plusieurs autres qui ont tous contribué, chacun de son côté, à la prospérité pédagogique, intellectuelle, sociale et urbaine d’Aoujeft.

    On citerait ici à titre d’illustration aux côtés de Mohamed Lemine Sow (infirmier), Mohamed Lemine Ould Sidina (religieux), Mahfoudh Ould Bekaye (notable), Abdoullah Ould Hadi (notable), El Kory Ould Samba, Hamadi Ould Oumar, les Vaida, Ehl Zamel, Ehl Ahmed Abdi, Ehl Baha, Ehl Jiddou, El Mohamed Soultane, Ehl Bowba …ect.

    Mohamed Lemine fut donc parmi les premiers enseignants du département d’Aoujeft, au temps, où, la Mauritanie, Etat naissant (indépendant) était contrainte de forcer les parents à inscrire les élèves à l’école moderne, confrontée aux défis de former les élites de demain à partir du néant.

    Lire la suite...

    Pour recréer la confiance et ressusciter l'espoir au sein des mauritaniens : Les raisons d’un pacte

    Discours de Biram Dah Abeid à la cérémonie qui scelle l'alliance électorale et politique entre le courant qui soutient BDA aux élections présidentielles et le parti ESSAWAB.Il y a dix ans, naissait l'initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA). Tout de suite, le mouvement a été identifié, par le pouvoir en place, comme le vecteur de la subversion sociale et le levier de la déconstruction idéologique.Les factions engraissées depuis des siècles dans les surplis du système d'oppression, de prévarication et de contrefaçon, ont œuvré, depuis, à maintenir notre essor sur le fil d’une illégalité soigneusement entretenue. Par conscience de nous mieux exclure, il fallait nous tenir à distance de la parole légitime, donc hors des oratoires où elle s’autorise quelque crédit.Aux fins de cette censure, les zélateurs du passé, les serviteurs de l’exception antidémocratique, les érudits simoniaques - en réalité marchands du temple - et l’ensemble du personnel voué à entériner et reproduire l’institution de l’esclavage et des castes, réussissaient à nous immobiliser sur les marges, usant, alors, de la loi, de la force brute et du préjugé de masse. Les services de la sécurité politique et l’essentiel de la presse servile contribuaient ainsi à nous imposer une mise au ban à quoi nous condamnait, de la part du système hégémonique, notre tension vers la rupture.

    Lire la suite...

    Mauritanie: Il est temps de mettre fin à cette guéguerre d’égo identitaire

    Il est temps de mettre fin à cette guéguerre d’égo identitaire insensée entre les Maures blancs et Négro-africains, qui date depuis avant l’indépendance. Elle nous a conduit directement vers les massacres de Noirs et leurs déportations. Cette bataille rangée sans fin ni limite ne profite pas aux populations mauritaniennes, (blanches et noires) au contraire, elle renforce, arrange la position des dictatures militaires qu'a connu la Mauritanie depuis en 1978 à nos jours.

    Certains parlent d'alliance «contre-nature» entre le parti RAG qui est privé de reconnaissance et Sawab. Une alliance naturelle soit-elle où pas, ce n'est pas ce qui compte en politique. Seul le résultat des urnes comptera. Si le parti Sawab était/est considéré par certains, d'ailleurs toujours les mêmes comme un parti de «racistes, extrémistes Maures blancs» et j'en passe, s'ils ont décidé de changer d’avis, pourquoi pas se réjouir en leur donnant une chance?

    Pourquoi ces gens-là veulent-ils qu'il existe toujours des «racistes esclavagistes» en Mauritanie ? Même l'islam donne le choix aux gens de croire où pas, alors, il est où le problème de nos politiciens qui ne font aucun effort pour sortir la population dans l'injustice, la misère, les inégalités sociales par naissance etc......

    Y-aura t-il plus raciste, plus esclavagiste et ingrat qu'un noir féodal qui a chassé comme du gibier

    Lire la suite...

    Alliance Ira-Sawab ou RAG-Sawab un débat légitime : faisons preuve d’ouverture.

    Depuis l’annonce de l’alliance entre la mouvance abolitionniste et le partis baassite Sawab jusqu'à son officialisation plusieurs personne interviennent sur sa nature ou dénature, sur son opportunité ou pas et cela dans toute les composante de ce pays.

    Ceci devrait être une source de motivation et de fierté pour chaque militant abolitionniste car nous n’avons pas encore eu besoin de prendre le maquis pour nous faire entendre et nous n’avons pas eu besoin d’un demi-siècle de lutte pour attirer l’attention de nos semblables.

    Mais, j’aimerais attirer l’attention des militants d’ira sur les conclusions de notre dernier congrée dont la chose la plus importante a retenir reste l’appel a l’ouverture, et l’ouverture n’est pas seulement un salamalek mais une attitude que nous devrons adopté dans toute situation a fortiori celle la , quant les visions diverge et quant la tentation a l’animosité est au sommet , c’est seulement maintenant qu’il faut faire valoir cette esprit d’ouverture . Ne regardons plus ceux qui ne sont pas d’accord avec nous comme des ennemis ou des adversaires mais de future allier et comme ceux qui n’ont pas encore compris et notre tache est de les faire comprendre notre décision et d’écouter attentivement leurs opinions. Ce moment qui pourrait être une grande période d’adversité comme a chaque grande décision pris par notre mouvement depuis sa création peut être transformer en un période d’échange

    Lire la suite...

    Mieux vaut avoir un grand esprit qu'une grande gueule !

    Mieux vaut avoir un grand esprit qu'une grande gueule !Ne vous faites pas avoir par ces hypocrites pervers.

    Qui serait plus "Bassiste" que Ould Abdel Aziz qui a épaulé Taya tout au long des déportations et tueries ? Pourquoi les partis Négro-africains de Mauritanie qui ont soutenu son putsch, n'ont pas été taxés de Baasistes où alliés du Baasisme? Pourtant, tous ceux qui nous tympanisent sur la toile, le savent mieux que quiconque. Pourquoi ses deux poids deux mesures ? Pire, ceux hurlent à tort et travers, ne votent même pas, il ne faut pas les accorder trop d'importance en perdant son précieux temps, ces gens défendent les statu-quo habituels anti toute possibilité d'alternance politique pacifiquement au sommet de l’état. Je ne suis pas avec toi et je veux décider pour toi, voila leur état d’esprit, mais au nom de quoi?

    Pourquoi ces hommes et femmes qui s'excitent sur la toile ne renient pas leurs propres parents qui étaient aux côtés de Taya le baasiste assassin pendant qu'il tuait au nom du "Baasisme où Nassérisme" selon eux ? Incroyable !

    Je ne peux accorder aucune crédibilité aux allégations où accusations mensongères très souvent venant de personnes au sein des mouvements où partis politiquesd'obédiences nationalistes"négro-mauritaniens». Ils chantent tous d'être victimes de ceci ou cela, mais ne font aucun effort pour recouvrir leurs droits qu'ils chantent avoir perdus. Leurs manigances politiciennes à ternir l'image de n'importe qui, qui n’est pas d’accord avec eux par un faux discours, faux témoignage, portent un préjudice lourd aux vraies victimes qui souffrent. Ils ont jeté des pauvres vulnérables civils à la merci des injustices pendant toutes ces décennies.

    Lire la suite...

    Biram Dah Abeid remet les pendules à l’heure.

    Après la signature d’une alliance politique le 31 Mai 2018; entre le parti politique ESSAWAB; présidé par Abdessalam Ould Hormaet l’aile politique du mouvement abolitionniste; IRA-Mauritanie via le RAG; un parti non reconnu par le pouvoir; qui soutient la candidature de Biram aux futures élections; les nationalistes négro-africains (noirs mauritaniens); ont violemment critiqué l’ONG IRA et son président en criant haut et fort leur hostilité; à toute alliance avec des partis dirigés par des citoyens Maures blancs, qu’ils considèrent; selon eux; comme des partis «nationalistes arabes d’obédiences baasistes».

    Une campagne d’invectives et calomnies sans fondement sur la personne de Biram Dah Abeid et l’ONG IRA-Mauritanie a été menée par des personnes peu fréquentables, qui a largement dépassé toutes les milites acceptables. Ceci, dénote l’étroitesse d’esprit de tout nationalisme aveugle. Finalement, les nationalistes négro-mauritaniens pourfendeurs du nationalisme arabe, ne sont pas mieux. Ces critiques acerbes viennent d’une petite minorité féodale éparpillée à l’extérieur comme à l’intérieur du pays très hostile au combat des abolitionnistes.

    «Il y a plusieurs partis d’obédiences baasistes en Mauritanie. Il y a deux partis d’obédiences baasistes qui sont dans le G8, le parti ESSAWAB et le parti AL-WATAN. Ce sont tous des partis d’obédiences baasistes. Il y a d’autres partis qui sont dans la majorité d’obédiences baasistes, comme le parti El-Essalah, qui a des députés au parlement. Et il y a des personnalités au sein de la haute administration et du parti au pouvoir, qui sont des baasistes, donc la nébuleuse baasiste,

    elle n’est pas seulement ESSAWAB. Et aussi, les tortionnaires ne sont pas tous baasistes, je connais beaucoup de tortionnaires que vous connaissez, qui sont identifiés par les victimes de la attentive du génocide, les rescapés de la attentive du génocide, ils sont militaires, administrateurs, ils sont commis de l’état

    Lire la suite...

    Guidimakha-Selibabi : Cooptation d'héritage sur fond de l’esclavage à Dafort.

    Compte rendu sur les menaces d'expropriation et cooptation d'héritage sur fond de l’esclavage à Dafort dans le Guidimagha.

    L’ONG d’Opposition contre les discours extrémistes, terroristes et de l’esclavage a été saisie par des personnes qui sont menacées d’expropriation de leurs terres héritées depuis plusieurs générations. Le président Mohamed Ould Mbareck s’est déplacé à Sélibabi du 26 Mai jusqu’au 01 Juin 2018 pour s’occuper du dossier d’une très grande gravité. Les familles de deux hauts fonctionnaires de l’état sont impliquées dans cette expropriation à caractère d’esclavage coutumier. Il s’agit du directeur président du conseil d’administration de l’Agence Tadamoun, qu’on dit (lutter contre les séquelles de l’esclavage),M. Camara Moussa Seydi Boubou, et celle du ministre de l’environnement et du développement durable dans l’actuel gouvernement, M. Amédi Camara.

    Ces familles féodales très orgueilleuses reprochent à leurs victimes d’avoir abandonnées leurs coutumes ancestrales sur la base du statut maitre-esclave (Laada). Elles défendent qu’un esclave ne peut prétendre à la propriété d’une terre cultivable, et que, les récalcitrants qui rejettent l’esclavage coutumier, ne peuvent hériter leurs propres parents, qui étaient des esclaves par héritage à leurs ancêtres.

    Trois personnes ont été mises en garde à vuepar la gendarmerie: M. Bakari Sirakhé Camara, Mme Fouleye Nafi Camara et M. Diadié Seybani. Une plainte est introduite par l’ONG contre le discours extrémiste et l’esclavage contre Bakari Sirakhé et Fouleye Nafi. Leur dossier présente des cas avérés

    Chaussures femme HWF été MoyenGe Marcher AntiDérapant Sport Mom Chaussures GrandMère Mère Doux Confortable Femme… IqfD1lswo

    Note d’alerte-Mauritanie : Un objecteur de conscience sous danger de meurtre

    1-Mohamed Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir, ancien condamné à la peine capitale, libéré, par décision de la Cour d’appel de Nouadhibou le 8 novembre 2017 mais toujours séquestré dans un lieu secret, subissait, tôt le 6 juin, une violente crise de douleurs à l’abdomen. Selon les rares témoins, il hurlait, entre des accès de convulsions. Un médecin de l’hôpital cubain a réclamé son hospitalisation en soins intensifs. Les autorités refuseraient, arguant des motifs de sécurité mais lui administrent un traitement sédatif. Le précédent bilan de santé du prévenu ne mentionnerait de pathologie grave. Le détenu ignore qui prépare sa nourriture. Sa famille et ses avocats lui sont interdits d’accès et ne savent la teneur de son régime alimentaire. Le risque d’empoisonnement demeure élevé.

    L’un de ses deux avocats - lui aussi persécuté et menacé de mort - Maître Mohamed Ould Moïne, confirme l’incident de santé mais précise en ignorer la cause exacte.

    2-Mohamed Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir encourt la liquidation extrajudiciaire, sans que les autorités de la Mauritanie en soient avisées. L’opinion ayant atteint un niveau sans précédent de disponibilité au jihadisme, le zèle meurtrier d’une faction ou d’un individu isolé peut occasionner l’assassinat du susdit. Deux personnes, parfaitement identifiées, ont appelé, en public à son exécution. La première, en 2014, avait promis une récompense de 10 000 euros à qui le tuerait ; la seconde jurait, deux ans après, de réaliser l’homicide, elle-même. Aucune ne sera poursuivie, encore moins entendue par un juge.

    Tretorn TretornCamden5 Camden5 Femme BWjCqjg2

    Lettre d'un militant à l'endroit de son leader Biram Dah Abeid

    L'alliance de l'aile politique émanant de IRA avec le parti EsSawab à suscité un tollé chez les aigris, les personnes de mauvaise foi, les jaloux et ceux qui n'ont rien compris. Il est clair que toutes les grandes initiatives que vous avez prises, ont connu des tollés. La plus spectaculaire remonte en Avril 2012 lors de l'incinération des livres Sataniques. Ce qui vous a value votre second emprisonnement.

    Des milliers de personnes ont manifestés réclamant votre pendaison. D'autres vous diabolisaient à travers les médias. Mais ceux qui sont de bonne foi et qui n'avaient pas compris, se sont alignés avec vous. De la même manière que ceux qui sont de bonne foi s'aligneront avec vous. Et les autres ne sont pas avec vous et ne le seront jamais quoique vous puissiez faire. Ainsi va la vie! J'ai l'intime conviction que cette campagne reflète l'image de 2012. Ceci montre à tel point combien votre prise de position est si importante.

    Vous avez vite compris qu'il faudrait prendre le pouvoir pour débarrasser la république du lobby tribalo-militaires qui constituent les maux de ce pays. Vous avez vite compris qu'il ne faudrait pas combattre une injustice par une autre. Vous avez vite compris qu'il faudrait mener une lutte pacifique dans la légalité.

    Lire la suite...

    Le président D'IRA-Mauritanie invité par la fondation anti-esclavagiste britannique Reuters Fondation à Bruxelles.

    مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

    INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

    IRA – Mauritanie

    Le président D'IRA-Mauritanie invité par la fondation anti-esclavagiste britannique Reuters Fondation à Bruxelles.

    Invité par la présidente de Thompson Reuters Fondation madame Monique Villa, et Heidi Hautala, le vice-président du parlement européen, à la conférence de Thompson Reuters Fondation sur L'esclavage moderne et la traite des personnes (l'oppression et l'exploitation des femmes) à Bruxelles le 6 juin 2018, le président d'IRA-Mauritanie Biram Dah Abeid, distribua la synthèse suivante sur la situation des violations des droits des femmes au sein des milieux sociaux défavorisés en Mauritanie:

    FEMMES NOIRES EN MAURITANIE : ENTRE RACISME ET SERVITUDE.

    Note de synthèse:

    1-La Mauritanie continue d’occuper une place de choix parmi les latitudes où la dignité de l'être humain est considérée comme une valeur impure et une atteinte à l'identité culturelle et religieuse, à l’inverse de l’esclavage, de l’infériorité raciale et de l’inégalité des sexes.

    Lire la suite...

    Vidéo : Interview de Biram Dah Abeid à Bruxelles, ESSAWAB est le seul parti qui a accepté de s’ouvrir à nous.

    Biram Dah Abeid: « concernant les propositions individuelles et bilatérales entre nous les partis, tous les partis ont décliné souvent très poliment, très gentiment notre offre d’union, c'est-à-dire l’offre d’union du parti RAG et de la coalition politique qui soutient la candidature de Biram Dah Abeid aux élections présidentielles, à proposer son offre de fusion avec tous les partis. Mais tous les partis ont très poliment décliné l’offre, avec certains même comme UFP, nous étions très avancés mais en fin ils n’ont pu marcher. Enfin de compte, le parti ESSAWAB, c’est le seul parti qui a accepté de s’ouvrir totalement sans hésitation à toutes les propositions de la coalition politique qui soutient la candidature de Biram Dah Abeid aux élections présidentielles…….»

    Macron en Mauritanie : le piège du reniement (Lettre ouverte)

    Monsieur le Président de la République française,Par ces mots, le courage ne vous manquait, en novembre 2017, de rappeler que l’esclavage est « un crime contre l’humanité » . A ceux qui reprochaient aux occidentaux leur part de responsabilité, vous l’expliquiez si justement, en Libye , « la traite d’êtres humains est faite contre des Africains par des Africains ». Vous vous apprêtez à venir en Mauritanie , un pays où l’esclavage, omniprésent et séculaire, demeure le fait d’Africains sur d’autres Africains. Vous allez rencontrer un homme d’Etat, témoin d’une tentative d’épuration ethnique contre les autochtones noirs, de 1986 à 1991. Avec lui, vous parlerez des défis transversaux de la paix et du développement dans l’ensemble de la sous-région Sahara-Sahel. La lutte contre le terrorisme reste la priorité de vos échanges. L’esclavage, le racisme anti-noir et l’extrémisme religieux constituent, en Mauritanie , les facettes d’une même oppression.L’exploitation d’une main d’œuvre sous contrainte, ce fléau millénaire, continue de façonner la mémoire et le présent des miens. Bien avant la colonisation, des millions de mes compatriotes, y sont nés et continuaient à le subir, jusqu’aujourd’hui. Il s’agit d’une infamie locale, produit de notre histoire et expression d’une inhumanité du crû.Les Hratin, inférieurs et exploités à la naissance, sont les parias de condition servile, sur la sueur duquel la Mauritanie a été bâtie. Au prétexte de la race, ils étaient (et sont parfois de nos jours) vendus, mutilés et confinés au travail indécent, offerts en cadeau ou séparés par héritage ; le Code noir de chez nous, appelé « rite malékite » ou « Charia » vulgarise l’usage de cette viande sur pied, au point de réglementer le détail du viol et du cuissage, sur les femmes, parfois mineures.

    Lire la suite...

    Hier AC-APP,aujourd’hui IRA/RAG-SAWAB,le devenir hratin n'est pas Kaw encore moins Ciré.

    Chers amis pour la liberté, je reviens à vous après ce déluge de fureur et de feu versés par certains courtiers et pensionnaires des hôtels en occident et aux Amériques sur la communauté haratine. Ces abonnés à l’exil volontaire ont majoritairement obtenu leurs papiers en se réclamant des haratines courant le risque de la servitude chez eux, pire certains même avaient demandé à l’office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) de refuser les papiers au doyen Docteur Mohamed Yahye Ould Ciré.

    Certainement le contenu du point de vue succinct qui sera développé en quelques lignes ne manquera pas d’heurter la sensibilité de certaines rancœurs à l’affut mais le mal est déjà fait et la réaction devait lui être à la hauteur, Patience!

    Oui, sachez de prime à bord que je ne suis motivé d’aucun agenda de défense d’un homme avec qui je ne partage désormais que l’ascendance servile ,l’idéologie d’une initiative créée voilà il y’a 10 ans passés et l’idéal d’une Mauritanie égalitaire ni d’aucune intention de vengeance, encore moins de rancunecontre mes cousins de race Halpoularens car avec eux je partage la souffrance du martyr et de la discrimination mais aussi la paix de l’âme vivante et morte, n’oubliez pas que je suis né dans les environs de tékane (diwanTékane) terre de mes ancêtres mais aussi les ancêtres de Moustapha Boli Kane dit Seidou Kane et de mon président de parti Dr Hamidou Baba Kane ( hamdou pour les intimes). Encore une fois de plus ces propos ne sont point généralisant mais justes dressés contre les mauvaises langues auxquelles il faut rendre la dent.

    La communauté haratine, comme disait feu Seidoukane:«elle est aujourd’hui à la fois désirable et redoutée de la classe politique mauritanienne qui cherche soit à s’inscrire dans son mouvement d’émancipation pour ne pas être surprise le moment venu soit à la manipuler dans ses intérêts ».

    Lire la suite...

    « Je les ai nourris pendant 35 ans sans contrepartie, Aujourd’hui, ils veulent me déposséder de ma terre. »

    Je viens partager avec vous ce témoignage d'une victime de pratique esclavagiste dans un village Soninké de Mauritanie. L'histoire peut choquer, mais avons estimé que nous serons tout simplement des complices si nous la taisons: Cela se passe à Daffort à 60 KM au nord de Séilibaby , en l'an 2018. Les manifestations peuvent différer mais la mentalité et les pratiques sont les mêmes dans tous les villages Soninké de Mauritanie. « Je les ai nourris pendant 35 ans sans contrepartie, Aujourd’hui, ils veulent me déposséder de ma terre. » Je m’appelle L. Coulibaly, j’ai environ 65 ans. Depuis ma tendre enfance, je voyais, ma mère K.D aller travailler dans la famille de Djadjé Seibané Camara comme esclave de case. Ma mère s’occupait de tous les travaux de ménage dans la cour familiale des Camara. Cela ne l’empêchait guère de participer activement aux travaux champêtres. Quand j’ai atteint l’âge de 18 ans, les maitres de ma mère sont venus me récupérer chez mon père. A partir de cette date j’ai commencé à travailler pour eux comme esclave cultivant les champs et s’occupant des animaux. Mon frère ainé, qui se trouve actuellement en France, lui m’avait déjà précédé de quelques années chez les maitres. Nous constituons donc la force de travail de la famille. J’y suis resté pendant plus de 35 ans travaillant et labourant les champs dans des conditions de traitement qui frisent l’animalité. Il nous arrivait de travailler pendant une journée entière sans nourriture. Nous n’avions droit d’aller dans nos propres champs que les Vendredis ou quelques fois après la descente, tard dans les après-midis.

    Je n’ai arrêté cette corvée que lorsque je suis tombé malade, Il y a environ une dizaine d’années. A partir de ce moment j’ai commencé à encadrer mes enfants pour exploiter mon lopin personnel. En Avril 2018, les maitres par l’intermédiaire de Youba Sourakhé Camara qui se trouve être l’oncle de Moussa Seidy Boubou , Président du CA de Tadamoun ) ont envoyé un émissaire à nos familles nous sommant de quitter nos lopins. Parmi les anciens esclaves seuls ceux qui ont adhéré au mouvement Ganbanaxu sont concernés par ces représailles, nos autres parents qui continuent d’obéir aux maitres en revendiquant leur statut d’esclave n’ont pas été inquiétés.

    Lire la suite...

    Rencontre GANBANAAXU du 21 juin 2018 à Selibaby: Photo-Reportage !

    Le public abolitionniste du Guidimagha mauritanien s’est mobilisé pour assister à la rencontre de travail tenue ce jeudi 21-6-18 au sein de la Maison du Guidimagha à SELIBABY.

    Cet événement fait partie de la phase de sensibilisation et de conscientisation sur les tares sociétales (esclavagisme statutaire et système féodal ) qui persistent dans les communautés soninkées à travers le monde aujourd’hui au 21ème siècle. Lors de la rencontre, les dispositions juridiques ont été rappelées concernant le statut du foncier et les peines prévues pour les pratiques esclavagistes et assimilées comme telles (la loi 031/2015 incriminant les pratiques esclavagistes en RIM ).

    Les participants venus de toutes les localités villageoises du monde soninké du guidimagha, ont été vivement encouragés dans leur militantisme pacifique et citoyen pour se défaire du joug féodalo-esclavagiste qui défie les lois mauritaniennes. Ils ont été incités à la patience mais de s’armer de fermeté et du courage pour faire respecter leurs droits légitimes reconnus par la constitution de notre pays.

    Des doléances ont été adressées aux autorités administratives et judiciaires dans la région pour veiller au respect strict de l’ordre régalien et citoyen dans nos zones rurales.

    Lire la suite...

    Yimbi Kumma rap contre l’esclavage en Mauritanie

    Rappeur, Yimbi Kumma se bat à travers ses textes et son association contre l’esclavage qui perdurent en Afrique, tant en Mauritanie que dans le milieu soninké des pays voisins, Sénégal et Mali, et même en France. Alors qu’Emmanuel Macron sera à Nouakchott au sommet de l’UA à la fin du mois de juin, Yimbi Kumma attend du président français une prise de position forte sur ce sujet.

    1/ Yimbi Kumma, peux tu te présenter à nos lecteurs

    Mon blaze est Yimbi Kumma qui veut dire «feu et flammes» synonyme de la lumière. Je suis devenu rappeur depuis 2004, dans l’objectif de dénoncer l’injustice et les inégalités dans mon pays la Mauritanie. Le rap, pour moi, est un outil efficace pour faire passer mon message. Depuis 2010, j’habite en France où je continue à rapper mais je m’investis aussi activement dans la lutte contre l’esclavage dans le milieu soninké auprès de l’association ARMPES et de son mouvement «GANBANAAXUN FEDDE» en tant que conseillé du président Gaye Traoré et responsable de la radio ainsi que de la marque GANBANAXU.

    2/ Quelles sont tes influences musicale?

    Le rap sénégalais car il m’était plus facile de m’y identifier (en particulier Pacotille et DJ Awadi) et le rappeur américain Tupac parce que bien que ne parlant pas anglais on me traduisait ses textes et j’aimais son côté révolutionnaire.

    3/ Tes textes sont très engagés en matière de droits humains, quel est l’origine de ton combat?

    J’ai grandi dans un pays où il existe plusieurs forme d’injustice c’est principalement ce qui m’a motivé à m’engager. J’ai vu un système où des privilégiés bénéficient seuls des biens du pays alors que le reste de la population est oublié, laissé à l’abandon. De cela découle une extrême pauvreté, une scolarisation catastrophique, un système de santé abandonné voir inexistant. Tout cela m’a révolté et je souhaitais par le rap le dénoncer. De plus, j’ai très tôt décidé de parler de l’épineux sujet de l’esclavage en Mauritanie et plus précisément dans ma communauté Soninké.

    4/ Tu es impliqué notamment dans la lutte contre l’esclavage, c’est une question qui est encore très prégnante en Mauritanie, en quoi consiste ton action?

    Ce sujet qui me tient à cœur est complexe et pas tellement bien compris quand on ne vit pas en Mauritanie. D’un côté il y a la communauté Arabo-berbère qui pratique toujours l’esclavage dit ancien (ils possèdent des esclaves noirs). C’est pour moi incompréhensible qu’au 21ème siècle on ne s’insurge pas plus contre ça, des présidents de pays comme le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire devraient avoir leur mot à dire sachant que leurs voisins et frères de couleur sont pris comme inférieurs. D’autre part, il y a une autre forme d’esclavage inconnue au niveau international c’est celle qui subsiste dans le milieu soninké (en Mauritanie, au Sénégal, au Mali et même en France dans la diaspora soninké).

    Lire la suite...

    Guidimakha - Mauritanie : L’ère est-elle à la judiciarisation des rapports entre les Soninkés ?

    Pourquoi cette américanisation de leurs rapports ? Pourquoi judiciariser les rapports sociaux ? Pourquoi hier, le linge sale s’est lavé en privé, aujourd’hui, le même linge sale se lave devant le prétoire ? Autant des questions qui restent sans réponse, nous nous forcerons, pas pour répondre aux interrogations mais plutôt pour proposer des solutions aux justiciables.

    Lorsqu’un procès s’engage, on ne peut généralement pas prévoir quand il s’achèvera. Le procès prive les parties toute maitrise sur la solution. Il est un engrenage dont les parties ne décident pas la progression, qui laisse peu de place à l’interactivité et conduit à une solution imposée. La justice décide radicalement qui a raison et tort, distingue le gagnant du perdant. C’est ce que nous appelons l’ « américanisation » des rapports.

    La justice est un principe, suivant lequel on doit attribuer à chacun ce qui lui est dû. Cette fonction juridictionnelle est devenue l’une des principales attributions de l’Etat moderne, car les lois empêchent que chaque justiciable se fasse justice. Le philosophe Paul Ricoeur, écrivait que, « la justice a deux finalités ; la finalité courte et la finalité longue ». La finalité courte de la justice est aux antipodes de l’organisation sociale et économique de cette communauté, décrit tant comme solidaire. Par ailleurs, c’est la finalité longue qui nous intéresse ici, en l’occurrence, la paix sociale, la tranquillité et la sauvegarde des liens sociaux pour cette communauté qui n’a pas l’habitude d’aller plaider devant un juge et qui se déchire pour des faits auxquels la loi les a déjà règlementé (esclavage, conflit foncier…).

    Pour Paraphraser les propos un magistrat sénégalais (Keba M’Baye), la fierté d’un soninké, c’est de dire que moi, j’ai jamais mis pied au commissariat. Aujourd’hui, le voilà devant le prétoire en face du juge pour y être juger et dévoiler son organisation sociale conditionnée par les comportements héréditaires et patronymiques ; qui peut s’analyser suivant la stratification horizontale en castes définies par des critères de professions ou de conditions de vie, formatée à base de parenté lié à la génétique. C’est comme si l’un des pères fondateur de l’Anthropologie structurelle Claude Levi-Strauss a déjà vécu au sein de cette communauté en écrivant cela : « il fallait être peint pour être un homme, celui qui restait à l’état de nature ne se distinguait pas de la brute ». C’est ce mélange de l’ordre de l’idéal et celui du vécu , non seulement parce que la nature même du mécanisme de l’organisation sociale de cette communauté repose sur la répétition, mais plus encore parce qu’à la désobéir, on encourt les sanctions des puissances surnaturelles, auxquelles peuvent s’ajouter celles de la communauté des vivants.

    Lire la suite...

    Des mécanismes sournois ou assumés qui font tout pour exclure la gestion du pouvoir politique, économique, religieux à ces êtres……

    Je partage avec vous cette limpide contribution de mon jeune frèreJamal Sowdans le débat sur l'esclavage en milieu negro africain du Fouta. Franchement on n’a pas besoin d'un diplôme pour comprendre.

    Jamal Sow: «Il serait incontestable l'esclavage dans sa forme primaire ne serait être prouvée dans nos milieux: rapts d'hommes et de femmes, marcher d'esclaves, chaînes aux pieds, bastonnades, meurtres, viols....Mais il y a une réalité qu'on ne pourrait nier . Nos sociétés actuelles sont profondément marquées par une stratification rigoureuse dont les fondements viennent de certaines considérations sociales, religieuses, culturelles, économiques voire même mythiques. Malheureusement ceux qu'on qualifie d'esclaves, ou descendants d'esclaves sont les plus victimes de ces considérations et de ces pratiques. L'inconscient social, le champ lexical social, les reflexes sociaux et les agissements conscients sociaux restent jusqu'à présent très déterminés et conditionnés par cet héritage culturel du passé. Ne soyons pas si amnésiques jusqu' à dire que ces considérations sont de l'ordre de la théorie, de l'imaginaire , des frustrations et des actes manqués venant d'un esclave envieux, aigri et en manque d'un bonheur idéal. Non.

    Nous savons bien que ces considérations sociales, culturelles influencent, dictent nos choix politiques, économiques, religieux. Nous voyons qu'en glissant dans ces terrains, nous dépassons le cadre théorique, nous sommes dans des réalités concrètes. Nous savons tous que dans l'écrasante majorité des villages du fouta fonctionnent et réalisent leurs projets en fonction de cette stratification qui ne met pas en premier ordre l'esclave. Il y a des mécanismes sournois ou assumés qui font tout pour exclure la gestion du pouvoir politique, économique, religieux à ces êtres à qui on fait fi la dignité et la grandeur humaine. Nous savons tous dans le foûta comment les terres sont gérées et héritées. L'esclave n'a aucune décision à prendre dans ce sens, malgré que ces toujours sa force musculaire qui donne valeur à ces terres . Nous savons tous dans nos mosquées à quel rang l'esclave est cantonné. L'élite religieuse se reproduit de classe en classe, de famille en famille, de père en fils.

    Nous avons tous dans les villages du Foûta, il y a des familles qui détiennent toujours le pouvoir politique, dans le passé ce ces enfants qui ont été toujours chefs de cantons, aujourd'hui, c'est toujours eux qui sont maires, députés, ministres...Ceux qui aiment les faits, je pense que la société actuelle du Foute regorge beaucoup d'exemples dans ce sens et ils seront largement servis.

    Superga 2750 DOTSSATINW Baskets Femme V5HPkZp

    Mise au point : à propos du « Droit de réponse à Ould Mbareck, président de l’ONG Initiative d’opposition aux Discours Extrémistes »

    L’ONG Initiative d’opposition aux Discours Extrémistes, à l’esclavage et au terrorisme a été très surprise par un «Droit de réponse à Ould Mbareck, président de l’ONG Initiative d’opposition aux Discours Extrémistes», qui nous tombe du ciel, paru dans CRIDEM, signé par l’un des proches parents du ministre Amédi Camara, répondant au nom de «Moustapha Camara» qui est à la tête d’un groupuscule d’extrémistes Soninké très dangereux pour la cohésion nationale, qui revendiquent la supériorité de la caste «noblesoninké» sur d’autres citoyens. Ils sont installés en France, en Afrique et aux USA, pelletons de malfaiteurs qui cherchent à détourner la vigilance des autorités Mauritaniennes sur leur combat contre l’esclavage et ses séquelles sur l’entendu du territoire national. Malheureusement, ils sont soutenus par certains cadres du Guidimakha hauts placés dans l’administration qui échappent aux sanctions administratives et notre ONG regrette ce laxisme politico-administratif. Un groupe d’avocats dirigés par le nommé Moustapha Camara débarque en force devant le procureur de Selibaby le 28 juin 2018, venant de Nouakchott directement pour se plaindre du président Mohamed Ould Mbareck sans raison, afin de stopper les activités de notre ONG dans la wilaya du Guidimakha. Le procureur leur a répondu que notre ONG est reconnue et elle a le droit de porter plainte contre quiconque si elle a des preuves. Les hommes et les femmes impliqués dans la cooptation d’héritage de terres à caractère d’esclavage coutumier, sont tous malheureusement les parents du ministre et du président directeur l’agence Tadamoun.

    Les audios que divulguent le groupuscule «democratia islamique» dans les réseaux sociaux, ne laissent aucun doute, ils défendent mordicus la continuité de l’esclavage coutumier et traditionnel qu’ils considèrent comme une culture à conserver même si elle est prohibée vis-à-vis des lois nationales et internationales. Le 20 Janvier 2018, ci-joint les propos de Moustapha Camara président du groupe extrémiste dans un audio qui tonnent la terreur extrémiste: « Dans ce groupe Whatsapp, il n’y aura pas une seule femme parmi nous, jamais, ni caste maraboutique, ni esclave, ni Mangou (caste considérée dans le milieu soninké comme des modérateurs). Que cela soit claire pour tous les membres ici; il n’y aura que nous les Tounkalémou « esclavagistes soi-disant nobles…. » Lienaudio à vous de juger egalement: https://www.youtube.com/watch?v=Y3LBTC5fUeU

    Notre ONG a été créée le 07 Juin 2010 à Nouakchott-Mauritanie. Elle lutte contre les Discours Extrémistes, contre l’esclavage et le terrorisme. Nous comptons remettre les propos de Moustapha Camara à la disposition de la justice Mauritanienne et à l’ambassade de la France en Mauritanie. Notre ONG défend le respect de la dignité humaine sans contrepartie ni préjugé, elle n’a jamais introduit un dossier sans preuve ou témoignage de victimes, nous demandons l’application d’un dispositif juridique sur ceux qui violent les lois. Ce sont les parents au village Daffort du ministre de l’environnement et du développement durable, M. Amédi Camara et le président directeur l’agence Tadamoun, M. Moussa Seydi Boubou Camara qui salissent l’image de leurs fils et non le contraire. Pourquoi vous voulez inverser les rôles en plein jour? Comment peut-on occuper de hautes fonctions au rang d’un ministre tout en soutenant ses parents à enfreindre, à transgresser les lois édictées, signées, votées à l’unanimité par l’assemblée nationalepar un gouvernement dans lequel vous y participez?

    Lire la suite...

    Mauritanie-Urgent une arrestation arbitraire du président Mohamed Ould Mbareck.

    Nous avons appris que le procureur de la ville de Selibaby, dans la région du Guidimakha a ordonné aux gendarmes du département Ould-Yengé, d'arrêter Mohamed Ould Mbareck, Président l’ONG Initiative d’Opposition aux Discours Extrémistes, esclavagistes et au terrorisme qui est en mission dans le Guidumakha aujourd'hui 10 juillet 2018 contre toute attente. Il est parti introduire des plaintes, puis, hop, on l’arrête comme ça sous un fallacieux prétexte qui n’a aucun sens juridique ni morale.

    Ce sont les plaignants qu'on arrête à la place de bourreaux féodaux esclavagistes, l’administration locale adopte ces sales habitudes depuis les années 1984 à l’intérieur du pays. Voila le pseudo combat des autorités Mauritaniennes contre l'esclavage et ses séquelles. Incroyable, il ne restait plus que cette mauvaise carte à jouer dans ce dossier, qui implique des parents du ministre Amédi Camara et du directeur l'agence Tadamoun, voila pourquoi un procureur décide d’arrêter le dirigeant d’une ONG pour anéantir les efforts d’activistes et les victimes qui deviennent des cibles et proies faciles. Nous exigeons la libération immédiate du président Mohamed Ould Mbareck et que des procédures soient engagées contre le procureur de la région Guidimakha au niveau de la cour suprême, pour arrestation illégale sur accusation fallacieuse, harcèlement du président d'une ONG de défense des droits de l’homme.

    Pour rappel, une plainte en cours du président Mohamed Ould Mbareck qui vise le ministre Amédi Camara, pourquoi le ministre n'a pas été arrêté ni demi de ses fonctions? Pourtant, il y a une preuve par vidéo à charge sur le ministre et ses parents, nous avons écouté des audios qui les impliquent. N'est ce pas le monde à l'envers ?

    Le procureur prend en compte une plainte de féodaux du village Daffort contre Mohamed Mbareck soi-disant qu'il a dit, dans les villages soninkés, les cimetières de « nobles» sont séparés avec ceux qu'ils considèrent comme des esclaves, également les mosquées. Mais quel procureur peut nier cette triste réalité? Oui, malheureusement, il y a des mosquées qu'on appelle "mosquées des esclaves" dans tous villages soninkés depuis toujours. Depuis quand un descendant d'esclave peut être chef de village où imam de mosquées dans ces villages soninkés ? Bien évidemment, certains villages, les nobles ne sont pas enterrés dans les mêmes cimetières que leurs esclaves y compris les étrangers. Elle est où la nouveauté dans cette sale réalité dont les féodaux ne veulent pas dépasser? Mais que le procureur sort de son bureau pour parcourir les villages; n’est ce pas aussi simple?

    Lire la suite...

    Les tentatives d'expropriation d'héritage à Dafort : des incompréhensions autour de la décision du cadi de Ould Yengé.

    Depuis mi-avril 2018, à Dafort, village soninké dans le Guidimagha mauritanien, certaines familles féodales s'acharnent sur de paisibles citoyens descendants d'anciens esclaves dans la communauté, par des tentatives d'expropriation d'héritage à caractère esclavagiste. Aujourd'hui 9 familles parmi la communauté d'anciens esclaves qui se sont émancipés du joug féodaloesclavagiste soninké (système de ladalamxu), risquent de jour en jour d'être expropriées de leurs champs légués en héritage familial depuis plusieurs générations. De ce fait, après 4 mois de démarches auprès des autorités départementales et régionales dans le Guidimagha, marquées par divers dysfonctionnements notamment la non prise en compte effective des auditions de nos membres plaignants chez les gendarmes dès les premiers signalements des harcèlements venant de féodaux, un avis judiciaire troublant et surprenant a été prononcé . Ces dossiers relevant des séquelles esclavagistes en milieu soninké, ont été vidés volontairement et méthodiquement de ce caractère pour en faire un cas de litige foncier classique. Ainsi le cadi de Ould Yengé s'est rendu à Dafort dans la journée du 2 juillet 2018 pour observations de champs en présence de 2 parties. Ce lundi 9 juillet, à Ould Yengé, devant les 2 parties, le cadi s'est prononcé pour une suspension des parcelles en litige et se décharge pour un niveau supérieur de juridiction.

    De cette situation sensible de non application de lois mauritaniennes en la matière, nous faisons appel aux hautes autorités du pays, en premier lieu le président de la république, son excellence Monsieur Mohamed Ould Abdelaziz, afin veiller au cas de DAFORT qui défraie la chronique depuis plusieurs mois. Aujourd'hui par cette décision du cadi, les membres de cette communauté victime de cet esclavagisme coutumier, seront privés injustement de leurs champs qui constituent une source nourricière pour leurs familles depuis la création du site villageois en 1905.

    Lire la suite...

    Guidimakha - Mauritanie : Diogountouro, la politique à l’épreuve de la nouvelle génération

    Platon disait que : « La politique est avant tout une affaire de connaissance et de compétence ». Cette citation a été critiquée et validée par les grands politologues de la Cite grecque et Romaine. La politique, par définition étymologique, « latin politicus, du grec politikos », c’est l’art de gérer les affaires du Cité. Cette gestion, se fait par le biais d’un mandant électoral confié par le peuple à leurs élus. En effet, dans une démocratie, l'action politique est légitimée par le vote des citoyens. C’est dans cette optique qu’un natif de Diogountouro-Guidimakha , monsieur Bakary Diarra, a été choisi par son parti politique (SAWAB) comme candidat idéal et légitime à la commune de Sebkha -Nouakchott, aux élections municipales et législatives prochaines du 1 septembre 2018.

    Ce faisant, Mr Diarra, est né et grandi à Diogountouro . Il a fait ces études primaires à l’école de Diogountouro et secondaires au lycée de Selibaby . Diogountouro , c’est un gros village, disons une grande ville peuplée plus de 8000 habitants, qui se situe au sud de la Mauritanie, à la frontière entre le Mali et le Sénégal. C’est un carrefour entre ces trois Etats. Ce village, a déjà donné naissance, des ministres, des secrétaires généraux, des médecins, des architectes, des juristes, entre autres….

    En effet, Mr Diarra, est un Professeur de français à Nouakchott et diplômé de Droit en 2001, dans une prestigieuse Université de l’Afrique de l’Ouest, l’Université de Cheikh Anta Diop de Dakar l’(UCAD). Apres ces études de droit à Dakar, le professeur Diarra, est revenu au pays en 2007 et poursuivit ces études à l’Ecole Normale Supérieure de Nouakchott (ENS). Cet homme de 42 ans et père de 4 enfants, a toujours un gout inachevé dans les études, un dinosaure de banc de l’école, un grand humaniste aminé par l’intérêt collectif et le travail bien fait ; qui faisait toujours son autocritique sur tout ce qu’il fait. En 2011, il s’est inscrit à l’Université de Nouakchott-Mauritanie, pour décrocher un diplôme de Lettres Modernes, à la faculté de lettres et des sciences sociales.

    Le professeur Diarra, est à la fois diplômé de Droit et de lettres modernes, mais aussi politicien de longue date, avec un charisme extraordinaire comparable à l’ex-président américain, Barack Obama. L’homme est décrit par ces connaisseurs, comme quelqu’un qui a l’art de parler vrai devant son auditoire. Loin d’être un idéologue, encore moins d’un conservateur, le professeur

    ROMIKA Maddy 04 Mocassins Femme Bleu rVerhkqX

    Mauritanie : Les témoignages d’ex-détenus IRA-Mauritanie qui font froid au dos sur la torture.

    «Dieu a fait qu’ils voulaient me faire beaucoup de choses qui n’ont pas marché. Ils ont emmené un groupe électrogène, ils l’ont branché pour m’électrocuter, ceci après m’avoir suspendu, en liant mes mains aux pieds par derrière le dos, mes vaines se sont coupées, je perdais du sang sans soins, les coups pleuvaient sur mon corps ensanglanté, j’ai été présenté devant le procureur et le juge au tribunal pendant que je saignais du sang des mains et aux pieds, je pissais du sang dans le tribunal. Nos tortionnaires étaient des hauts gradés, des commissaires, certains parmi eux, ont refusé en disant qu’ils attendent un document signé de la hiérarchie, qui les autorise à torturer des militants IRA. Ceci s’est passé ici à Nouakchott, vers la première compagnie du 4 ème , il y a une prison secrète là-bas, même certains policiers ignorent l’existence de cette prison secrète. Ils avaient l’intention d’introduire le tuyau d’un suppresseur dans mon derrière, ils avaient oublié la clé à mollette au garage mécanique.

    Ils voulaient que je leur dise, moi Moussa Bilal Biram, j’étais à la Gazra Bouamatou, j’ai été envoyé par Diop Amadou Tidjane, c’est moi qui a brûlé les véhicules de la police, je demande pardon au régime de Mohamed Ould Abdel Aziz devant la cameras de la police en plein ramadan 2016. On ne connait pas la Gazra Bouamatou et on n’a jamais été sur le lieu. M. Diop Amadou Tidjane, vice-président IRA lors des heurts de la police avec les pauvres de la Gazra Bouamatou nous a appelés alors qu’on était à la plage pour régler un autre problème. M. Diop nous demande de se rendre sur le lieu parce qu’il y a un problème là-bas, on l’a promis de s’y rendre une fois libre. M. Diop Amadou Tidjane rappelle 30 minutes après avec insistance en nous mettant la pression, on a senti que cette pression n’est pas normale. On s’est dit logiquement, c’est à la coordination IRA de s’occuper du problème non Diop, parce qu’il ne participe à aucune activité de l’ONG. Voila pourquoi, on s’est jamais rendu sur le lieu, la police ne peut sortir aucune image de notre présence dans ces heurts avec les pauvres du bidonville Gazra Bouamatou. On n’a été arrêtés chez nous sans savoir pourquoi et torturés sauvagement…….»

    Lire la suite...

    Mauritanie : La 64ème session du Comité contre la Torture (CAT) à Genève les ONG se mobilisent pour se faire entendre.

    Devant les experts, la déclaration qui a été lue par Diko Hanoune, Secrétaire général de l’association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E), dans le temps accordé à Aminetou Mint El Moctar, présidente de l’Association des femmes chefs de familles en Mauritanie (AFCF). Il faut noter la présence de plusieurs ONG non gouvernementales qui ont présenté des rapports alternatifs, qui se sont mobilisées pour sortir certaines réalités devant les experts des Nations Unies, notamment le président du COVIRE, M. Mamadou Kane et Mme Kane, Mme Diop, Mme Lalla Aicha Sy, présidente du comité de solidarité avec les victimes des violations des droits humains, Clément Bousin ACAT-France, Radidja Nemar Alkarama.org, Antislavery- SoS-Esclaves Mauritanie, l’Observatoire Mauritanien Des Droits de l’Homme et de la Démocratie représenté par le collectif La Paix au Sri-Lanka etc…. Le blocage à l’aéroport de Nouakchott les veuves et orphelins qui devraient participer, a été l’objet de vives protestations.

    Monsieur le président du comité;

    «Le président Mohamed Ould Abdel Aziz considère: « le système des nations unies comme un truc sans importance, en disant que les déclarations des nations unies ne seront pas prises en considération». La CNDH et le comité contre la torture, ici présents, n’ont pas condamné ces propos très graves d’un chef d’état en exerce, malgré que c’était leur rôle. Ceci, démontre que ces institutions ne sont pas indépendantes. La Mauritanie d’aujourd’hui est une industrie de tortures, d’assassinats gratuits, le fils du président a tiré sur une femme, il n’a pas été arrêté pendant que le régime tue et torture d’innocents citoyens noirs dans des prisons secrètes.

    -Le 10 juillet 2018, le procureur de la ville de Selibaby, dans la région du Guidimakha ordonne aux gendarmes du département Ould-Yengé, d'arrêter, séquestrer Mohamed Ould Mbareck, Président l’ONG Initiative d’Opposition aux Discours Extrémistes, esclavagistes et au terrorisme, une ONG avec un statut ECOSOC, durant plusieurs jours, qui était parti introduire des plaintes liées à l’esclavage foncier dans le milieu Soninké, il n’a bénéficié le soutien la CNDH ni du comité contre la torture en Mauritanie.

    Lire la suite...

    PRÉSENTATION LALLA AICHA Présidente du CSVVDH à Genève

    PRESENTATION LALLA AICHA Présidente du CSVVDH

    DU RAPPORT ALTERNATIF CONJOINT AU COMITÉ CONTRE LA TORTURE ET AUTRES PEINES OU TRAITEMENTS CRUELS, INHUMAINS OU DÉGRADANTS DES NATIONS UNIES

    Examen du deuxième rapport périodique de la Mauritanie

    Session 64 (23 juillet 2018-10 août 2018)

    Distingués membres du CAT, chers participants(es)

    Résumé:

    Ce rapport alternatif, est le fruit d’un travail d’enquête sur les allégations de torture, des conditions de détention dans les lieux de privation de liberté, menée par sept associations mauritaniennes de défense des droits de l’Homme1, avec l’appui d’ACAT

    1. Contexte de la torture en Mauritanie:

    2.1. Au plan législatif:

    En 2015, des progrès sont enregistrés à travers, La loi n°2015-033. Elle prévoit des mesures de réparation et de protection, ainsi que de nouvelles garanties pour les personnes privées de liberté à l’exception de celles suspectées d’actes de terrorisme ou d’atteinte à la sureté de l’état. Par ailleurs la mise en application ces dispositions fait souvent défaut surtout en ce qui concerne la protection et la réparation pour les victimes

    Lire la suite...

    Communication 64ème session de la convention contre la torture, les traitements cruels, dégradants ou inhumains.

    Le Groupe des Organisations Mauritaniennes de Défense des Droits Humains (GOMDDH) a soumis un rapport alternatif en septembre 2017, lors de la 62 ème session du comité contre la torture du 06 novembre au 06 décembre 2017. L’examen de ce rapport a donné l’occasion à la Mauritanie de répondre sur certaines questions qui ont été soulevées dans ce rapport alternatif. Dans cette présente allocution, je reviens sur certains aspects des réponses apportées par l’Etat partie et des violations postérieures à l’examen de ces rapports qui attestent de la persistance et de la situation préoccupante des violations des droits humains en Mauritanie.

    La lutte contre l’impunité des exécutions extrajudiciaires en Mauritanie et de nombreux cas de pratique de la torture par les agents d’application de la loi dans tous les lieux de privation de liberté, exposent les défenseurs des droits humains et les victimes à de graves situations de vulnérabilité, de répression et de fortes pressions .

    La loi d’amnistie 93-23 du 14 juin 1993, est toujours branlée comme épée de Damoclès contre toute action judiciaire des auteurs de crimes de génocide perpétrés en Mauritanie des années 80 et 90. Hors, cette loi est anticonstitutionnelle, en vue des amendements de 2012, et contraire aux dispositions de la loi contre la torture 2015-033 .Le traitement accordé par le pouvoir actuel au règlement du génocide contre des négro-mauritaniens dans les années 80 et 90, s’est dévié des normes internationales standards de la justice transitionnelle. Ce règlement n’a pris en compte que partiellement les devoirs de réparation et de mémoire, et a exclu les devoirs de vérité et de justice. L’interdépendance de tous les droits fait, qu’il est impossible de parler de mémoire sans le droit de savoir sur les crimes, et de réparation sans le droit à la justice pour les victimes. Le Collectif des Victimes de la Répression (COVIRE) auquel qui connaissait son unité jusqu’en 2012, date de la scission, se dit trahi par le pouvoir en place et n’a jamais pris connaissance de l’accord cadre et du protocole d’accord, qu’on lui a collé comme signataire, qui disant, clos le règlement du génocide. En solidarité à la Coordination COVIRE, nous dénonçons, cette allégation du pouvoir que le collectif COVIRE a signé un protocole d’accord par lequel, les victimes ont été indemnisées et en contrepartie ont accepté de pardonner les bourreaux.

    Lire la suite...

    La Mauritanie devant le Comité contre la Torture à Genève, voici le compte rendu.

    Le rapporteur SÉBASTIEN TOUZÉ a soulevé les incohérences du rapport des autorités Mauritaniennes, qui abonde sur des généralités sans précision, sans preuve matérielle, des statistiques fiables, dès fois, le rapport est hors sujet. Le comité avait recommandé que la durée d’une garde à vue n’excède pas les 48 heures maximum. Aucune garde à vue n’a été jugée illégale par un juge malgré le dépassement de cette durée. Les jours non ouvrables ne sont pas comptabilisés dans la durée d’une garde à vue, souvent, elles sont prolongées par les policiers eux-mêmes et cette pratique se généralise. La loi contre le terrorisme, le délai d’une garde à vue peut atteindre les 45 jours ouvrables sans possibilité de contester ni recours. Ceci est contre la convention signée par la Mauritanie. La loi 2015 ne s’applique pas aux personnes victimes de la torture. Les registres de la détention dans les commissariats de police, sont mal entretenus. Certains sont antidatés par la police. Les registres sont utilisés sur des simples papiers par la police judiciaire. Les 13 membres IRA n’ont pu accédés à un avocat selon Amnesty international.

    L’état mauritanien n’a pas un programme d’aide juridictionnel au service des plus vulnérables. L’accès au médecin doit être automatiquement non selon le bon vouloir des forces sécuritaires. Des prisons secrètes existent selon plusieurs informations concordantes même si l’état Mauritanien le nie. Les prisons sont surpeuplées, la prison Birmoghrein est inaccessible aux familles de détenus pour respecter le droit de visite des familles. L’accès à l’eau est milité, il est utilisé comme moyende punition par les gardes pénitentiaires. La détention préventive, le taux est particulièrement élevé. Certains détenus peuvent faire un an à trois ans sans jugement. Usage excessifde la violence par les forces de l’ordre sur des manifestants abolitionnistes, sur les victimes Haratine.

    La rapporteuseMme Essadia Belmir soulignequ’il y a la problématique du dépôt de plainte lorsqu’on est prisonnier ou arrêté en Mauritanie, surtout, quand on a subi de mauvais traitements, l’état parti doit revoir sa copie sur le sujet. Il y a des personnes détenues sans dossier, le comité contre la torture demande comment ça peut arriverdans un état de droit? Il y a un blocage de plaintes par l’état parti qui viole la convention contre la torture. Elleinsiste sur l’incompatibilité dudroit de sang Mauritanien avec les normes internationales, le détenune peut être libérable sans le pardon de la famille victime malgré qu’il ait purgé sa peine. Ceci est une double peine. La justice doit s’autosaisir en cas de torture ou soupçon de traitements dégradants.

    Lire la suite...

    Déclaration participation de la société civile mauritanienne à la 64ème session de convention contre la torture

    Des organisations mauritaniennes des droits humains venant de la Mauritanie et de la diaspora ont participé à la 64 ème session du comité contre la torture des nations unies durant laquelle, la Mauritanie a été examinée du 23 au 25 juillet.

    Nous rappellerons aussi dans cette conférence de presse, les débats et observations finales de l’examen sur la Mauritanie à la 95 ème session de la convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de la discrimination raciale, tenue à Genève le 02 Mai 2018.

    La participation des organisations de la société civile est marquée par l’organisation de réunion briefing avec les membres du comité et spécifiquement le rapporteur sur la Mauritanie M Sébastien Touzé et Mme Belmir .

    Cette réunion est organisée par l’OMCT, qui a assuré le secrétariat du comité contre la torture et l’interaction avec les organisations de la société civile. Les organisations ou réseaux qui avaient soumis des rapports sont inscrits pour la prise de parole. La parole est donnée aux représentants de la société civile pour des communications orales, puis des questions réponses que les membres du comité ont adressées aux organisations de la société civile. Cette rencontre a permis au comité de recueillir des précisions sur certaines questions sur lesquelles les avis de l’Etat partie et de la société civile, sont divergents. La société civile a soulevé les questions relatives à l’harmonisation de la convention avec la législation interne, le passif humanitaire ou génocide des années 80 et 90, l’esclavage, la surpopulation carcérale, les conditions de détention, les arrestations arbitraires et séquestrations, les enquêtes indépendantes suite aux plaintes de victimes, les détentions au secret(la visite des médecins, l’alimentation, l’adduction d’eau, le suivi des prisonniers…) , les gardes à vue, les violences faites aux femmes, les châtiments corporels, la flagellation et la lapidation, la peine de mort et l’apostasie, et les cas violations systématiques des droits humains sur le terrain.

    Lire la suite...

Haut de page

© 2018 Guidumakha.com